fbpx

Santé optimale

Optimize your stem cells, stem cell therapy, optimiser vos cellules souches thérapie

10 méthodes pour optimiser vos cellules souches

10 méthodes pour optimiser vos cellules souches   Que sont les cellules souches? Les cellules non spécialisées du corps humain sont appelées cellules souches et ont la capacité exceptionnelle de se transformer en divers types de cellules spécialisées.  Elles sont essentielles à la croissance, à la réparation des organes endommagés et à la régénération tissulaire.  Les cellules souches appartiennent à deux catégories principales : les cellules souches embryonnaires, qui se trouvent à un stade extrêmement précoce du développement embryonnaire, et les cellules souches adultes, qui se trouvent dans divers tissus et organes tout au long de la vie.  Les cellules souches sont à l’origine de la formation de tous les tissus et organes du corps humain et jouent un rôle important dans le renouvellement constant des cellules dans des tissus tels que la peau, le sang et les muqueuses.  Elles sont utiles dans la médecine régénérative et ont un immense potentiel pour le traitement de maladies, la régénération tissulaire et la recherche scientifique en raison de leur capacité à se différencier en diverses cellules spécialisées.   La capacité des cellules souches dans le corps à maintenir la santé et la fonctionnalité des tissus et des organes tout au long de la vie détermine leur importance. Elles sont responsables du renouvellement continu des cellules, de la réparation des tissus endommagés et de la régénération des organes après des blessures ou des maladies.  Bien que les cellules souches soient essentielles pour la croissance et le développement embryonnaire, elles jouent également un rôle important dans la gestion de la santé tissulaire et la réponse aux défis environnementaux.  De nouvelles thérapies médicales, le traitement des maladies dégénératives et l’amélioration de la qualité de vie nécessitent une compréhension des mécanismes qui régissent les cellules souches.  En somme, les cellules souches sont les architectes de la régénération, aidant le corps à se réparer et à se maintenir tout au long de sa vie.   L’optimisation des cellules souches est un domaine de recherche médicale en pleine expansion qui a un potentiel énorme pour la médecine régénérative et la santé en général.  Les cellules souches sont essentielles à la régénération tissulaire, à la réparation des organes endommagés et au maintien de la santé globale en raison de leur capacité unique à se transformer en divers types de cellules dans le corps.   Voici dix méthodes pour maximiser l’efficacité de vos cellules souches : 1. Une Alimentation équilibrée Soutenir la santé de vos cellules souches nécessite une alimentation saine et équilibrée. Les aliments comme les fruits, les légumes, les légumineuses, les noix et les poissons gras, qui sont riches en antioxydants, en vitamines et en minéraux, favorisent un environnement cellulaire favorable à la régénération.   2. La restriction calorique Des études ont montré qu’une restriction calorique modérée peut stimuler la régénération des cellules souches.  Elle favorise l’autophagie, un processus cellulaire de nettoyage qui peut renforcer les cellules souches, et réduire le stress oxydatif.  Il est important de se nourrir de nourriture dense en nutriments pour être sûr de répondre à tous vos besoins quotidiens.  Ajouter une cuillère à soupe de spiruline à vos repas, ajouter des superaliments de poudre verte et ajouter une multivitamine peuvent être de bonnes stratégies pour répondre à ces besoins.   3. L’exercice régulier L’exercice physique favorise la régénération des cellules souches en augmentant la production de facteurs de croissance tels que le facteur de croissance nerveuse (NGF) et le facteur de croissance dérivé des plaquettes (PDGF).  La circulation sanguine est également améliorée par l’exercice, ce qui peut aider à la dispersion des cellules souches dans tout le corps.   4. Le jeûne intermittent Le jeûne intermittent, qui consiste à alterner des périodes de jeûne et de repas, a le potentiel d’activer l’autophagie et de favoriser la régénération des cellules souches.   5. Le sommeil de qualité La régénération cellulaire, y compris la prolifération des cellules souches, dépend du sommeil. Votre corps peut se réparer et se régénérer efficacement grâce à un sommeil réparateur.   6. La Gestion du Stress Le stress continu peut nuire aux cellules souches. La méditation, le yoga et d’autres stratégies de gestion du stress peuvent aider à créer un environnement favorable aux cellules souches.   7. Hydratation Une hydratation adéquate est nécessaire pour que toutes les cellules, y compris les cellules souches, fonctionnent correctement. Assurez-vous d’être hydraté tout au long de la journée.  Habituellement 1 à 2 L d’eau par jour.   8. Évitez les toxines Éviter les toxines environnementales telles que les produits chimiques toxiques, le tabagisme et la surexposition aux radiations est important pour prévenir les dommages cellulaires qui pourraient affecter les cellules souches.   9. La supplémentation ciblée La capacité de certaines supplémentations, telles que le thé vert, le curcuma et le resvératrol, à soutenir la régénération des cellules souches a été étudiée.  Le resvératrol préserve le cartilage et favorise la différenciation et la prolifération des cellules souches, selon de nombreuses études. En outre, le resvératrol contribue à la régulation de la glycémie.  Même s’il est pratiquement impossible d’obtenir suffisamment de resvératrol par l’alimentation seule, surtout si vous avez déjà subi une perte ou une détérioration du cartilage, vous pouvez l’obtenir à partir d’aliments sains comme les bleuets et les raisons rouges et d’autres fruits et légumes.   10. Les thérapies spécialisées Dans certains cas, il est possible d’envisager des thérapies spécialisées pour maximiser l’efficacité des cellules souches. Cela inclut la thérapie cellulaire souches ou l’on peut extraire les cellules souches de votre moi actuel et les réintégrer dans votre corps de demain.   Coaching Optimum Santé Vous pouvez maintenant prendre rendez-vous en ligne avec moi afin d’optimiser tous les niveaux de votre santé, en allant de la gestion du stress à votre sommeil et votre alimentation.  Regardez la section sur le programme de santé OPTIMUM ou prenez rendez-vous en ligne directement.   Au plaisir de vous aider dans votre recherche de bien-être optimal.   Janeck Olczyk D.O., Ostéopathe – Santé Holistique Osteopath – Holistic Health www.OptimumOsteo.com Montréal

immune system, système immunitaire, coronavirus, Covid-19, osteopathy, Ostéopathie, Santé, Health

Examen de l’efficacité de la NAC, du glutathion et de la nattokinase contre le Sars-Cov-2 pour la prévention et le traitement du Covid et Long Covid

Examen de l’efficacité de la NAC, du glutathion et de la nattokinase contre le Sars-Cov-2 pour la prévention et le traitement du Covid et Long Covid.   Comme nous l’avons vu dans mon précédent article sur le point de vue du Dr Zach Bush MD, même si les virus transportent généralement des informations entre différents éléments de l’écosystème, il est possible que la réplication d’un virus devienne incontrôlable. Les mécanismes de Sars-cov-2 qui créent le long covid, ainsi que les effets secondaires suite aux vaccinations, semblent provenir d’une cascade inflammatoire liée à la protéine spike.  Cette protéine est créée par la réplication du virus et semble être créée par les messagers ARN afin que les cellules deviennent porteuses de cette protéine inflammatoire comme dans le cas des injections. L’inflammation semble être systémique ou s’insinuer dans des endroits spécifiques comme le cœur ou le cerveau. En plus d’un protocole classique tel que ceux indiqués par l’Alliance canadienne pour le soin du Covid, des études ont montré l’efficacité de trois suppléments naturels pour inverser le long Covid et prévenir le C19. Il s’agit de la NAC (N-Acétyl-cystéine), du Glutathion et de l’enzyme nattokinase. Vous pouvez trouver les protocoles sur le site suivant (https://www.canadiancovidcarealliance.org/). Continuez à lire pour en savoir plus sur ces stratégies antivirales Liaison du SARS-CoV-2 avec le récepteur cellulaire humain Notre corps a développé différentes barrières et stratégies de défense, rendant presque impossible l’entrée de particules étrangères dans les cellules. Dans cette course au bras de l’évolution, les micro-organismes, de leur côté, ont également conçu diverses stratégies pour contourner ces contrôles et mécanismes de défense. La protéine de pointe virale (protéine S) serait celle qui interagit habituellement avec le récepteur cellulaire de l’hôte et le manipule pour entrer et se propager dans les cellules. Le récepteur de l’hôte humain, dans ce cas, est l’enzyme de conversion de l’angiotensine 2 (ACE2). L’entrée dans la cellule virale et l’infection commencent par la liaison de la protéine de pointe du SRAS-CoV-2 à son récepteur cellulaire ACE2. On peut considérer cette protéine virale comme la « clé » qui s’insère dans la « serrure » – le récepteur à la surface de la cellule, ce qui entraîne des changements de conformation dans la membrane cellulaire. Perturbation de l’interaction de la protéine Spike avec l’ACE2 Les chercheurs cherchent des moyens de perturber ces interactions bipartites afin de limiter l’infection par COVID-19. Dans des études récentes, des agents réducteurs et des kinases bactériennes inhibent efficacement l’infection par le SRAS-CoV-2 en dégradant la protéine S.   Dégradation de la protéine S par la NattoKinase Takashi Tanikawa et ses collègues ont découvert que l’aliment traditionnel japonais, le natto, réduisait l’infection par le COVID-19 dans une de ces études. Il s’agit essentiellement de soja fermenté avec une bactérie connue sous le nom de Bacillus subtilis var. natto. Le natto contient une enzyme appelée nattokinase. Il s’agit d’un puissant anticoagulant. En raison de ses propriétés de coagulation du sang, cette enzyme sûre a été utilisée dans diverses études thrombolytiques. En outre, des études récentes ont montré que les extraits de natto inhibent l’infection de l’herpèsvirus bovin 1 (BHV-1). Les chercheurs ont démontré que la nattokinase, une sérine protéase, peut dégrader la protéine S du SRAS-CoV-2. On pense que la dégradation des protéines S par cette enzyme inhibe l’entrée du SRAS-CoV-2 dans les cellules hôtes.   Perturbation du pont disulfure par le NAC et GSH   Dans une autre étude similaire, les scientifiques ont examiné le domaine de liaison au récepteur (RBD) de la protéine virale spike et son rôle dans l’entrée dans les cellules. La dynamique conformationnelle du RBD est cruciale pour la liaison au récepteur ACE2. Un pont disulfure qui se forme entre les résidus de cystéine (Cys) contribue à la stabilité de la structure du RBD. Ces ponts sont essentiels pour la flexibilité conformationnelle et la médiation de la fusion virus-membrane cellulaire. De plus, le pont disulfure entre les résidus Cys 480 et 488 dans RBD facilite la liaison avec le récepteur ACE2 en maintenant la bonne orientation et la bonne conformation. Ainsi, si l’on peut perturber cette liaison au niveau de Cys-488, on peut bloquer l’entrée du virus. Les scientifiques ont utilisé des agents réactifs aux thiols (-SH) comme la N-acétylcystéine (NAC) et le glutathion (GSH) pour supprimer la capacité de liaison à l’ACE2 de plusieurs RBD de différentes variantes de SARC-CoV-2. La N-acétylcystéine (NAC) est un dérivé de l’acide aminé L-cystéine. De nombreux médicaments approuvés par la FDA contiennent de la NAC dans leur formulation. C’est un antioxydant qui a des effets bénéfiques sur un large éventail de problèmes de santé, notamment le traitement du cancer et la désintoxication du foie. En tant qu’agent réducteur de thiol, la NAC a été utilisée dans plusieurs études pour étudier l’expression des gènes, les voies de signalisation et le traitement de la maladie de poumon. Comme la NAC, le glutathion agit comme un puissant antioxydant. Il est composé de trois acides aminés : la cystéine, la glycine et le glutamate. Le GSH est normalement présent dans toutes les cellules humaines, mais c’est dans le foie qu’il est le plus concentré. En outre, il joue un rôle important dans la détoxification. Ces deux agents thiol-réducteurs inhibent l’oxydation, empêchant ainsi la formation du pont disulfure au niveau de la Cys-488.   Ces études peuvent ouvrir la voie à de nouvelles thérapies antivirales pour le traitement de la maladie COVID-19, tant pour la prévention que pour le traitement à long terme de la covid.  Il serait valable aussi éventuellement de vérifier l’interaction pour toute atteinte de l’organisme par la protéine spike, soit par le virus ou par l’injection volontaire de code mRNA donnant l’indication aux cellules du corps de fabriquer la protéine spike.   Janeck Olczyk, Ostéopathe – Santé Holistique Osteopath – Holistic Health www.OptimumOsteo.com Montréal

8 acides aminés essentiels EAAs Essential Amino Acids

Les 8 Acides Aminés Essentiels (EAAs): un de mes suppléments favoris à chaque jour

Les 8 acides aminés essentiels EAAs   Les acides aminés sont les blocs de base de notre corps.  Les 8 essentiels sont ceux que nous devons obtenir par la nourriture et à travers ces protéines que nous dégradons une fois dans notre organisme, nous utilisons les acides aminés pour tous les systèmes de notre corps.  Les acides aminés sont essentiels pour les muscles et les os, mais aussi essentiels dans le fonctionnement du système immunitaire, la création des neurotransmetteurs, la réparation de la muqueuse intestinale, le transport de l’oxygène et bien plus encore.  Lorsque nous sommes en déficience de protéines, notre corps doit sélectionner quel système utilisera les acides aminés disponibles et il se peut que se soit le système immunitaire qui en souffre, ou un autre.  Il est donc primordial d’avoir au quotidien tout les acides aminés essentiels. Avez vous assez de protéines? D’excellents spécialistes de la santé et su sport comme l’auteur et conférencier Ben Greenfield recommande de 0,55 à – 0,8 grammes de protéine par livre de poids selon l’âge et l’exercice physique.  Au-dessus de 50-55 ans, avec le malheureux processus de perte de masse musculaire, il vaut mieux monter ces chiffres pour aller plus vers le 1g par livre, surtout pour gagner de la masse musculaire.  Dans les cas de cancer, évidemment, c’est une autre histoire car on ne veut pas introduire trop de protéines dans l’alimentation Les acides aminés essentiels vendus en suppléments sont une source assimilable à 99% et une portion de 5g équivaut à 15g de protéine si l’on fait la conversion.  Évidemment, les humains préhistoriques n’ont jamais eut recours à des suppléments mit en boîte, mais je trouve intéressant le concept de pouvoir optimiser son apport de protéine quotidien en réduisant son empreinte écologique et en ne consommant pas de la viande tous les repas, pour ceux qui veulent manger paléo.  Ça convient très bien à tous ceux qui veulent optimiser leur alimentation cétogène ou paléo, afin de renverser de l’inflammation dans leur corps ou se guérir d’une maladie chronique, comme vous pouvez le lire dans mon article ici. Une étude à été faîte avec une alpiniste qui marcha pendant 30 jours à la frontière ouest de la Chine avec comme seule source de protéine les 8 acides aminés essentiels.  Aucune perte de masse musculaire, aucune blessure.  Rien.  Assimilation parfaite.  Support d’énergie idéal. Pour supporter le jeûne Les acides aminés essentiels sont parfait pour support un jeûne.  Pour un jeûne complet d’une journée, ou un jeûne de bouillon de poulet, ou même un jeûne de jus vert, les EAAs conservent l’absence de processus mécanique dans la digestion et permet au corps de se reposer tout en ayant un support d’énergie, de focus et de matière première pour la réparation du corps. J’adore les prendre le matin dans mon jeune intermittent, avec un breuvage chaud contenant de l’huile de coco et MCT.  Ça maintient mon jeune le matin facilement et donne un focus et de l’énergie stable pour commencer l’avant-midi. Ou sinon, je les prends pour récupérer d’un entraînement, ou avant une activité physique intense. Si vous voulez essayer, il n’y a que quelques compagnies pour l’instant sur le marché, la majorité au États-Unis, et j’utilise pour ma part les acides aminés de BodyHealth, une excellente marque.  Vous pouvez utiliser le code OPTIMUMOSTEO pour 10% de rabais sur toutes vos commandes.   Janeck Olczyk, Ostéopathe – Santé Holistique Osteopath – Holistic Health OptimumOsteo Montréal

5 imprtant factors disrupting our immune system

5 éléments qui perturbent notre système immunitaire

Un petit rappel pour commencer. Les virus comme messagers Comme le précise l’éminent médecin américain Zach Bush MD, les virus, qui sont ne sont pas des organismes vivants, ne sont que des messagers d’informations génétiques entre les différents systèmes d’un environnement.  C’est notre capacité à s’adapter à cette information qui peut ou non être perturbée. Et comme le mentionna Louis Pasteur sur son lit de mort à propos de sa théorie sur les germes: Les germes ne sont rien, c’est le terrain immunitaire qui compte et Lavoisier avait raison.  Pourtant, la médecine allopathique moderne garda principalement les propos de Louis Pasteur sur les germes afin de développer ses théorèmes et soutenir ainsi la prévalence de la pharmacologie industrielle, qui devint rapidement le marché fructueux des compagnies pharmaceutiques grâce aux maladies.   5 éléments qui perturbent notre système immunitaire Les facteurs suivants sont reconnus pour amoindrir notre capacité à s’adapter à ces messagers et diminuent notre système immunitaire. Le stress. La peur.  Ces deux éléments de nature psycho-émotionnelle sont reconnus pour avoir un impact direct sur le corps physique et entrave sa capacité à bâtir un système immunitaire de qualité.  En conservant les hormones liées au stress élevées, la peur et le stress sont à proscrire et doivent être remplacer par des émotions plus élevées de nature positives qui amène une cohérence cardiaque plus harmonieuse et maintiennent une santé plus stable. C’est en cultivant parfois de petits détails de la vie et en favorisant des choix santé que nous avons le pouvoir de transformer ces émotions vers la gratitude, le partage, l’amour etc.   Le sucre. Les sucres simples et raffinés sont un des éléments les plus cruciaux à sortir de l’alimentation afin de maintenir une santé optimale.  À enlever de l’alimentation dès aujourd’hui, leurs effets perturbateurs sont souvent sous-estimés et pavent la voie vers le débalancement du système immunitaire.  Ils sont parfois caché dans de nombreux aliments transformés.  Il est important de favoriser une alimentation anti-inflammatoire sans sucres et à faible variation glycémique au quotidien et en conservant le sucre pour les occasions spéciales.  Visiter mon article sur une alimentation de type paléo anti-inflammatoire.  Une diète de style paléo ou cétogène cyclique dans laquelle on maintient le corps en ‘’ketosis’’ jusqu’au soir où on renfloue le corps avec certains carbohydrates de qualité.   Le manque de sommeil. Un sommeil complet, profond et réparateur est essentiel au maintien de la santé au quotidien.  Le corps à besoin de repos et particulièrement dans les périodes de stress.  La relaxation du système nerveux et la réparation des cellules, le nettoyage de fond, se fait au repos, la nuit.  Vous pouvez trouver un ensemble de solutions pour favoriser le sommeil en lisant mon article pour un sommeil profond.   Le manque d’exercice. Rester assis toute la journée est probablement un des pires choix pour l’être humain.  En plus d’engager le mouvement des muscles, des fasciae et du système squelettiques et nerveux, l’activité physique fait circuler la lymphe et dispose des déchets cellulaires, active le cœur et la respiration, favorise la sécrétion de neuropeptides favorables au maintient de la santé et du bonheur!  Toujours chercher à bouger à tous les jours, avoir une pratique de mouvement et respiration tel que le sport, le yoga, la danse ou les arts martiaux.   Le manque de soleil et de Vitamine D. La vitamine D est en fait une hormone qui active un grand nombre de gènes spéciaux pour optimiser le système immunitaire ainsi que l’ensemble des systèmes du corps. La vitamine D est nécessaire au maintien de la santé et dans les pays nordiques, à moins de passer son temps dehors comme le faisait les peuples indigènes, il y a de forte chance que le corps manque de vitamine D à cause de l’angle des rayons l’hiver.  Les recommandations de la FDA de 600-800 UI par jour sont beaucoup trop basses selon le Médecin Joseph Mercola et  5000 UI par jour peuvent drastiquement optimiser le système immunitaire et la prévention de maladies chroniques.   Dans ces temps critiques, il est important de prendre les actions nécessaires pour transformer notre quotidien afin d’optimiser l’adaptation de notre corps à notre environnement et ces messagers d’informations, les virus, ainsi que de préparer un terrain immunitaire résilient.  Vous pouvez trouver encore plus d’info sur les meilleurs trucs pour booster le système immunitaire ici ainsi que ma routine au quotidien et optimiser le mien. Janeck Olczyk, Ostéopathe – Santé Holistique Osteopath – Holistic Health OptimumOsteo Montréal

composés botaniques pour aider contre le covid-19 botanical plants

COVID-19 – Les composés botaniques qui aident contre le Sars-cov-2

COVID-19 – Les composés botaniques qui aident contre le Sars-cov-2   Dans ma pratique quotidienne en Ostéopathie, à Montréal, on me demande parfois comment aider pour la guérison post-covid avec laquelle certaines personnes semblent lutter afin de retrouver leur pleine santé et leur capacité respiratoire.  N’étant pas médecin, je ne peux que les référer à des sources officielles et l’une d’entre elle est l’institut de Médecine Fonctionnelle. L’institut de Médecine Fonctionnelle aux États-Unis a émit il y a quelques mois une liste des composés issus de plantes médicinales qui ont été étudié et seraient particulièrement efficaces pour contrer la réplication du Virus Covid-19 chez l’humain. Cet institut, pour ceux qui ne connaissent pas, est la fine pointe de la médecine moderne holistique avec une compréhension poussée et précise des systèmes du corps humain, en relation avec son environnement.  Avec des approches qui combinent des test sanguins et dépistages de précision et des traitements qui inclus l’alimentation, l’hygiène de vie, les suppléments botaniques, des thérapie manuelles et certains médicaments lorsque jugé nécessaires, la médecine fonctionnelle devient une approche de plus en plus courante chez les médecins de hauts niveaux particulièrement aux États-Unis de par son efficacité et son approche intégrative. Leurs recommandations pour lutter contre le covid-19 listent évidemment les mesures d’hygiènes recommandées par les sources officielles mais mettent aussi l’accent sur l’optimisation des habitudes de vies afin de mettre les défenses immunitaires à leur plein potentiel. Les composés botaniques alimentant la réflexion face à la lutte contre le Covid-19 sont basés sur les études et l’efficacité vis-à-vis les souches de coronavirus comme le Sars-cov-2.  Ces composés appelés ‘’nutraceuticals’’ sont définis comme des immuno-adjuvants, qui permettre d’accélérer, de prolonger et augmenter les réponses immunitaires d’antigènes spécifiques. Nous savons que les coronavirus comme le sars-cov-2 peuvent être mortel pour certains individus avec leur habilité à stimuler une cascade de cytokines inflammatoires non contrôlée et avec laquelle peut découler des dommages parfois irréversibles de l’épithélium respiratoire.  C’est l’activation d’un réseau inflammatoire appelé NLRP3 que le sars-cov-2 peut déclencher chez certains individus. Pourquoi certaines personnes plus que d’autres? Pour aller plus loin dans ces détails, allez voir mon article sur l’analyse de Zach Bush MD de la pandémie et vous comprendrez les mécanismes d’actions de la réplication des virus liés avec l’épandage des pesticides glyphosates, de la pollution atmosphérique et des interactions avec certaines médications. Plusieurs composés spécifiques ont démontré leur efficacité pour inhiber la protéase Mpro du covid-19, vital à la réplication du virus.  Certains de ceux-ci sont inclus dans la liste plus bas. Voici donc la liste de composés tirée de leur siteweb de l’institut De médecine fonctionnelle afin de supporter le corps à limiter les dégâts inflammatoires liés à la réplication du covid-19.  Afin de valider les dosages, vous pouvez consulter leur site.  La plupart des composés cités ont une liste beaucoup plus vaste d’effets bénéfiques reconnus et démontrés sur la santé humaine que la spécificité décrite qui les accompagne dans ce texte.   QUERCETINE Ce composé présent naturellement dans les pommes et les oignons entres autres, a démontré son efficacité antivirale contre les virus d’ARN et d’ADN.  Il a un rôle d’antioxydant, d’anti-inflammatoire et d’agent signalant pour la guérison post-virale. CURCUMINE Extrait de la racine de curcuma, elle module le réseau inflammatoire NLRP3 et semble spécifiquement cibler la protéase principale de sars-cov-2 en inhibant sa réplication. EPIGALLOCATECHINE GALLATE (EGCG) L’extrait du thé vert, module positivement aussi le réseau NLRP3, et ciblant la protéase Mpro et sa réplication.  Démontre son efficacité pour prévenir l’influenza. N-ACETYL-CYSTINE(NAC) Le NAC augmente la production de Glutathion, un des antioxydants naturels du corps, protégeant contre l’influenza. RESVERATROL Ce polyphénol bien connu module le réseau NLRP3 et a démontré une activité in vitro contre le mers-cov. VITAMINE D La Vitamine D activée, est une hormone stéroïdienne et un modulateur de l’activité du système immunitaire réduisant les cytokines inflammatoires et encourageant les fonctions des macrophages.  Elle augmente l’activité des peptides anti-pathogène et des évidences démontrent que la supplémentation de Vitamine D peut inhiber les infections respiratoires.  Selon le Dr Jack Kruse, pour la plupart des pays du nord, il semblerait que la supplémentation de Vitamine D soit nécessaire pour donner des niveaux adéquats pour les saisons de l’automne jusqu’au printemps.  5000U par jour semble être la recommandation. MÉLATONINE La mélatonine est une hormone sécrétée naturellement par le corps avec une exposition adéquate au soleil et l’absence de lumière d’ondes bleues par les éclairages artificiels et les écrans le soir.  Elle inhibe le réseau NLRP3.  La supplémentation est nécessaire dans la plupart des cas. VITAMINE A La vitamine A est un macronutriment crucial pour la vision, la croissance et le développement, ainsi que pour l’intégrité des épithéliums et des muqueuses.  Elle est anti-inflammatoire et critique dans sont rôle immunitaire dans la production des cellules T et la production de cytokines. SUREAU Le sureau a un historique d’être utilisé dans les préparations traditionnelles afin de combattre les virus et les études le confirment.  Il faut être prudent avec le choix des produits contenant le sureau et ils doivent être préparés de façon appropriée. PALMITOYLÉTHANOLAMIDE(PEA) Le PEA a une activité anti-inflammatoire liée avec le système endocannabinoïde du corps.  Trouvé naturellement dans le cacao et l’algue bleue E3LIVE, les études démontrent aussi son potentiel afin de limiter les cascades de cytokines et pour contrôler les infections respiratoires. VITAMINE C La vitamine C est bien connue pour supporter différentes fonctions cellulaires liées avec le système immunitaire et prévenir les infections respiratoires.  Les doses ici sont plutôt de l’ordre de 1-3 grammes par jour. ZINC Le zinc est souvent oublié comme étant un minéral essentiel pour le support des fonctions immunitaires innées et adaptatives et la déficience en zinc est courante.  Les recherches démontrent l’efficacité du zinc contre les infections respiratoires et traitant les infections virales.  Les pastilles de zinc sont de plus en plus communes pour lutter contre ces infections.  Ici aussi, les doses sont particulièrement élevées dans les 30-60mg quotidien.   Janeck Olczyk, Ostéopathe – Santé Holistique Osteopath – Holistic Health

Protocol Optimum - Le guide complet de protection des EMFs et du 5G

Protocole Optimum: Le guide complet pour réduire les impacts des champs électromagnétiques et du 5G

Depuis une centaine d’années, nous sommes dans une ère nouvelle où pour la première fois, l’humain, ainsi que tous les organismes vivants, doivent s’adapter à des champs électromagnétiques (EMFs pour electro-magnetic fields) générés par la technologie. Ces champs électromagnétiques génèrent une pollution invisible, un électrosmog, qui affecte grandement la biologie humaine comme vous pouvez le lire dans la première partie du livre à votre disposition dans cet article sur les impacts des EMFs sur la santé.  De plus en plus de maladies chroniques modernes pourraient être influencées par les EMFs dans l’environnement urbain ambiant.  La venue de la technologie 5G crée un soulèvement mondial et des experts et scientifiques venant des quatre coins du globe demandent un moratoire sur son implantation car les dangers sur la santé qu’elle représente sont réels. Néanmoins, le déroulement du 5G est commencé et il y temps de trouver des solutions à l’échelle humaine afin de mitiger ses impacts sur la santé. Vous trouverez dans ce livre virtuel de 50 pages l’ensemble des informations pratiques pour adapter votre style de vie et la biologie de votre corps afin de tamponner les impacts des EMFs et du 5G. C’est le guide le plus complet que vous trouverez à ce jour avec des stratégies proactives autres que de mettre votre téléphone sur mode avion et de vivre dans la forêt.  C’est un protocole complet afin de réduire les impacts négatifs des EMFs non naturels en adaptant votre style de vie, en utilisant des outils technologiques, en adaptant leur alimentation et mode de vie et incorporant des suppléments et des plantes qui peuvent aider à contrer les dommages biologiques. Un atout essentiel pour la vie urbaine de 2020. Ajoutez ce protocole optimum à votre panier et le téléchargement du ebook commencera immédiatement après avoir procédé au paiement via Paypal. Cliquez ici pour voir le protocole!

Protection des EMFs et du 5g EMFs and 5g protection

EMFs non naturels et 5G – Partie 1 – les impacts sur la biologie humaine et comment s’en protéger

Comment se protéger des EMFs non naturels et du 5G – Partie 1 Les impacts sur la biologie humaine   Depuis une centaine d’années, nous sommes dans une ère nouvelle où pour la première fois, l’humain, ainsi que tous les organismes vivants, doivent s’adapter à des champs électromagnétiques (EMFs pour electro-magnetic fields) générés par la technologie.  Depuis l’installation de l’électricité et des ondes radios jusqu’à l’installation progressive du 5G dans la dernière année, nous devons nous adapter. Ceux-ci se super-imposent sur les EMFs naturels dans lesquels les humains ont baigné depuis toujours, le champs EM de la Terre, la lumière visible, les ondes microcosmiques venant de l’espaces et les infrarouges entres autres.  Les EMFs sont classés en deux parties, les ondes ionisantes, avec des cycles d’ondes plus rapides comme les rayons X et Gamma, et les ondes non-ionisantes dans le spectre entre les ondes radios, les micro-ondes, le wi-fi, les ondes cellulaires et les autres appareils technologiques.  Il est habituel que les ondes non-ionisantes sont définies comme sécuritaires pour les êtres humains et non dommageables pour la santé alors que les ondes ionisantes produisent des dommages sur l’ADN.  C’est ce que nous allons explorer un peu plus en détail dans cet article en deux parties. Nous étions déjà bombardés de toute part dans les villes mais l’arrivée prochaine de la technologie 5G sera une nouvelle étape dans ce cycle où les ondes pulsées envahiront nos espaces.  Pour l’instant, les technologies antérieures de 2,3 et 4G utilisent les longueurs d’ondes jusqu’à 4Ghz.  La technologie 5G semble vouloir dans un premier temps exploiter une longueur d’onde de 3,6 Gigahertz mais l’attrait de la bande passante du 60Ghz est prometteuse pour le marché des télécommunications et c’est pourquoi le saut quantique d’adaptation sera encore plus important.   En plus, ces ondes seront cumulées à celles des 2, 3 et 4G déjà présentes autour de nous et c’est pourquoi il est valable de se questionner sur leur impact sur la santé et l’environnement. Évidemment, les études scientifiques menées par les compagnies de télécommunications n’ont pu déceler un danger lié à ces ondes et les agences nationales de fréquences insistent pour dire que le seuil acceptable d’ondes ne sera pas dépassé non plus avec le 5G ni par les téléphones portables ni par les antennes de relais.  Ces seuils dont suivent plusieurs pays sont faits sous la recommandation du ICNIRP, International Commission for Non-Ionizing Radiation Protection, une commission qui semble vraiment lié à la protection de la population.  Toutefois, il semblerait que plusieurs membres du conseil d’administration soient en conflit d’intérêt et la commission elle-même fut monté par les géants de télécommunication.[1] On peut lire que dans leur guide de recommandations pour 2020, il y a effectivement des effets sur la santé notamment sur la perméabilité cellulaire et sur l’élévation de la température corporelle mais à des niveaux d’exposition vraiment supérieurs que ceux utilisés par l’industrie même pour l’arrivée du 5G.[2] Pourtant, une partie de la population s’inquiète et demande un moratoire afin que des études réelles soient faites par des parties non impliquées et puissent confirmer ou infirmer le danger réel présenté par ses fréquences.  Certaines études démontrent déjà des effets neuropsychologiques chez les humains dû à l’exposition des EMfs technologiques[3] comme la dépression et d’autres dérégulations des neurotransmetteurs.  De plus en plus d’études indépendantes démontrent les effets dommageables sur l’ADN de par l’activation de radicaux libres et la baisse de fertilité surtout chez les hommes. Il est intéressant de noter la position récente de la Hollande sur le sujet.  Alors que la commission ICNIRP a à la surprise de tous récemment révisé à la hausse le taux d’exposition permissible des lignes à haut voltage passant de 100 000 à 200 000 nanoTesla, la hollande de son côté a racheté plus de 1300 maisons sous les lignes à hautes tensions et baissé ses recommandations aux citoyens pour placer la limite à 400 nanoTesla.  Cela s’est fait alors qu’une dizaine d’études démontraient les liens entre l’exposition et un taux anormalement élevé de leucémie infantile.[4] L’arrivée du 5G D’un autre côté, alors que l’ensemble de la population est confiné en quarantaine et que les mesures de distanciations sociales touchent presque tous les pays, l’installation du 5G, considérée comme un service essentiel, est en cours, notamment avec l’autorisation de la FCC (Federal Communication Commission) donnée à Elon Musk et son service Starlink durant le dernier mois de construire et déployer 1 million d’antennes de relais au sol.  Ces antennes donneront des ondes pulsées sur de courtes distances et devront être installées à chaque 100 ou 200 mètres.  Selon Martin Pall PhD, professeur émérite en biologie et sciences de la Médecine à l’Uiversité de Washington ainsi que recherchiste sur les EMFs, les financements de recherches sur les EMFs par l’Agence de Protection de l’environnement aux États-Unis ont été coupés en 1986 et ceux du National Health Institute il y a quelques années.  Peut-on alors faire confiance à ces commissions de protection de la santé des citoyens alors que le lobbying de la télécommunication semble prendre le dessus? Il serait primordial que le moratoire et les demandes d’études sur l’impact des EMFS sur la santé proposés par plus de 170 scientifiques de 37 pays soient écoutés.[5]  Cette lettre ouverte indique à l’Union Européenne la crainte de ces scientifiques envers les technologies qui produisent les EMFs et particulièrement l’arrivée du 5G.  Ils soutiennent une étude américaine faite par la National Toxicology Program au coût de 25 millions de dollars qui démontre un accroissement significatif des cancers du cœur et du cerveau chez les animaux exposés aux EMFs bien en dessous des seuils jugés sécuritaires.  Le communiqué appelle la médecine à reconnaître l’électrohypersensibilité de plus en plus courante en Europe et qui doit être traitée comme une maladie chronique en soi qui demande prévention et soins spécifiques. L’Organisation Mondiale de la Santé quant à elle conclue sur son site internet qu’après 30 ans de recherche sur le sujet et plus de 25 000 articles scientifiques, que l’exposition aux EMFs non naturels sous les seuils

Garlic for boosting the immune system ail pour renforcer le système immunitaire

Mes meilleurs trucs pour booster le système immunitaire

Ma routine quotidienne pour renforcer le système immunitaire   Alors, je suis un ostéopathe, à Montréal, en quarantaine, comme tout le monde ou presque.  Voici ma routine quotidienne en ces temps incertains pour renforcer mon système immunitaire en espérant que ça puisse vous inspirer!  Entre suppléments, exercices, respirations et séances de sauna, vous pourrez surement adapter la plupart pour vous. C’est le réveil, une nuit complète de sommeil pour partir du bon pied. Je jeûne le matin en général jusqu’à 10am ou jusqu’à 12h ce qui me fait un 16h de jeûne, idéal pour me mettre un peu en ketosis et augmenter le temps de réparation cellulaire de mon corps Hydratation matinale : je bois 1L d’eau avec de la chlorophylle car l’eau s’assimile dans le gros intestin et toujours mieux à jeun J’y ajoute dans une gorgée 3-4 gouttes d’huile d’oregano antibactérienne et anti-virale J’enfile une capsule de Propolis 1000mg avec toute ces quelques 300 substances immunomodulatrices J’ajoute un supplément de Vitamine D 5000U parce que c’est vital et dans les temps qui cours, je doute que mon exposition au soleil soit suffisante. Du Magnésium 800mg durant la journée ou le soir car nos sols en sont démunis et il est nécessaire pour le système immunitaire. De l’iode à moins d’être près de la mer, ca détox mon absorbtion de chlore ou de fluore et nourrit mes hormones thyroïdiennes. Sans oublier 500mg vitamine C, antioxydant abordable pour prévenir les pathogènes.   Je me prépare une boisson chaude d’un mix de 5 champignons aux propriétés immunomodulatrices avant ma séance de méditation quotidienne et mes pranayamas. Reishi, Cordyceps, Lion’s Mane, Turkey Tail et Chaga dans la boisson.  Ca fait plusieurs années que je bois ca le matin car j’aime le goût terreux et boisé de ce drink réconfortant mais j’avoue que c’est très approprié dans les temps qui cours. OK, méditation et pranayama, relaxer le système et stimuler avec des respirations à la Wim Hof. Rétention poumons pleins et poumons vides, j’adore où ça me mène et en plus, il parait que ça aide le système immunitaire selon des études réalisées sur Wim Hof.  Je mélange le tout avec d’autres Breathwork. Séance de gratitude, avec ou sans journal, parfois juste inclue dans la journée avant les repas. Ça me place en accord à l’intérieur de moi et je me sens bien.  Juste remercier pour ce que j’ai, ce qui est là…  tout simple.  Vous pouvez en lire plus sur la gratitude et les émotions positives pour booster le système immunitaire ici. Je prends une douche, là ou après avoir fait de l’exercice et je la termine toujours avec l’eau la plus froide que mon robinet peut offrir. J’alterne 10 secondes froid et 10 secondes chaud pour 4-5 fois. L’exposition au froid comme ça stimule tout mon corps et j’adore l’effet en sortant! En restant en jeûne intermittent, je gobe des acides aminés, les 8 essentiels, qui me maintiennent en états de jeûne mais me fournissent l’équivalent de 15-25 grammes de protéines hautement assimilable. La version en poudre s’assimile en peu de temps et je le sens dans mon corps. Sinon j’adore en comprimé aussi.   Premier repas, plutôt un smoothie vert ou smoothie avec bone broth et protéine de bouillon de poulet, aucun fruit, aucun sucre. Un peu de pollen sur le dessus, du gras de coco et des flocons de cocos.  Quelques chips de cacao parfois pour la texture et le goût. Glycémie stable. Comme pour mon repas suivant, légumes gras et protéine où je me garde les carbohydrates lents pour mon repas du soir et ainsi pratiquer une alimentation de ketosis intermittent. Pour plus d’infos sur une alimentation keto ou paléo intermittente cliquez ici!  Toujours un peu d’ail frais, cru et du Québec pour agrémenter le tout.  Aucun sucre simple si ne n’est que du miel aux propriétés antibactériennes.  D’ailleurs celui que j’ai est du miel de Neem en plus, ok pas très local, mais le neem est une plante antibactérienne et antivirale aussi. Avec un de mes repas, je m’assure d’y intégrer un excellent kim-chi, ou une choucroute non pasteurisée, ou un peu de miso et en fait un quelconque produits fermenté pour ingérer des bonnes bactéries pour mon tube digestif.  Je me fais ces temps-ci un excellent yogourt vegan avec une yaourtière et des probiotiques super puissants alors j’en mange tous les jours.  Sinon, je prendrais une capsules d’un bon probiotique 50 milliards une fois de temps en temps.   Dans la journée, quelques séances d’exercice variées comme quelques sprints dehors en intervalle à haute intensité, ou une série tabata qui prend 4 min à faire, ou une séance d’Ashtanga Yoga ou avec des poids. Ça ouvre la circulation, fait pomper le cœur, replace les neurotransametteurs et je me sens bien! De l’eau, encore de l’eau pour m’hydrater.   Durant la journée, je prends le temps de connecter avec ma famille ou d’appeler des amis pour partager comment je me sens, exprimer ce que je vie, prendre des nouvelles et avoir la sensation de connecter et d’être quand même entouré et en communauté. Parfois on peut rire et toute cette chaleur humaine même via le téléphone me fait du bien.  Parait-il qu’en plus ca aide le corps tiens!   Le soir arrive, j’ai bougé, pris mes suppléments, mangé bio de qualité, été dans l’eau froide, respiré à fond et je me prépare pour mon sauna du soir. J’ai la chance d’avoir un sauna infrarouge que je prends religieusement en écoutant souvent des sons de grenouilles qui forment des rythmes binauraux naturels.  Après en être sorti et pris une dernière douche froide, je fonds dans mon lit. Pour le sommeil, quelques gouttes de CBD 1000 mg et ses milles vertues pour maximiser le sommeil profond et un peu de mélatonine car en ville ma production n’est pas naturelle avec toute l’exposition au spectre bleu de la lumière et m’aide ainsi à augmenter mon sommeil REM et mes rêves.  Pour d’autres trucs sur le sommeils, voyez mon blog pour

sleep, optimise you sleep, optimiser son sommeil, osteopathie, deep sleep

Optimiser son sommeil

Dans ce blog, nous aborderons les principaux facteurs qui favorise une bonne nuit de sommeil, essentiel à tant de mécanismes corporels et aussi à une santé neurologique optimale.  Le système glymphatique, en référence aux cellules gliales les représentantes du système immunitaire dans le cerveau et dix fois plus nombreuse que les neurones, organise le processus de nettoyage du cerveau durant le sommeil et permet l’évacuation des déchets et des toxines dans la circulation sanguine. Durant le sommeil: – Les muscles se réparent – Les organes sont réparés – Se fait la consolidation de la mémoire – Le système immunitaire est consolidé – Le cerveau se décharge des déchets et des toxines – La neurogénèse (fabrication de nouveau neurones) est augmentée – Est Diminué la présence d’hormones de stress dans le corps   Quand les quantités de sommeil ou la qualité du sommeil ne sont pas atteints: – Les fonctions cognitives diminuent – La mémoire est moins bonne – Les hormones de stress ne sont pas évacuées – l’immunité est diminuée – L’anxiété et la dépression augmente – la neurogénèse est ralentie.   Afin de favoriser un sommeil réparateur, voici des informations essentielles à connaître sur rituel du dodo chez les humains adultes et enfants afin de rebalancer le cycle circadien, le cycle du sommeil et du réveil.  Ce cycle est essentiellement une fondation de base pour la santé d’un individu. La routine Développer une routine, un rituel, qui entraîne le corps et l’esprit à se préparer pour le sommeil est une bonne pratique.  Comme pour les enfants, les adultes répondent favorablement à une routine.  Soit la lecture, un bain, allumer des chandelles, méditer, faire du yoga restoratif, toutes ces possibilités qui amènent le système nerveux dans un état d’apaisement et favorable au sommeil tout en diminuant les stimuli extérieur qui génère le stress. L’écran Les films stimulants et l’écran d’ordi, de téléphone sont en général mieux d’être arrêter de 1h, 2h ou 3h avant le sommeil.  La lumière projetée dans les yeux est stimulante pour le corps et si en plus les émotions véhiculées génèrent une réponse stressante dans le corps.  Certaines personnes étant toujours plus sensibles que d’autres.  Les écrans projettent un spectre lumineux très puissant, aussi puissant en Kelvin que le soleil de midi selon le spécialiste et neurochirurgien Jack Kruse.  La longueur d’onde bleue stimule, à travers l’œil et la peau, le corps à produire du cortisol en plus d’inhiber la production de mélatonine, cette hormone essentielle au sommeil, en plus de perturber de nombreux mécanismes biochimiques créant un sommeil optimal.  De plus, les écrans LED produisent une pulsation imperceptible (a flickering) qui endommage l’œil et consolide la sécrétion de cortisol dans le sang. L’éclairage 1h avant le sommeil, tamiser l’éclairage afin d’imiter les conditions naturelles avec l’arrivée de la nuit, le corps étant très sensibles à ces stimuli.  Les chandelles constituent un éclairage parfait pour la préparation au sommeil.   Comme nous savons maintenant que les longueurs d’ondes sous les 480 nm, c’est-à-dire le vert et le bleu (puisque le vert contient du bleu), sont nuisibles pour le cycle circadien lorsqu’elles sont perçues après la tombée du soleil, il est essentiel d’éviter les contacts prolongés afin de favoriser le sommeil. Le sucre et les fluides Éviter les sucres simples avant le sommeil ainsi que l’excès de fluides, cela favorise un sommeil profond et réparateur. Le dernier repas Remarquez d’un sommeil tout de suite après un repas lourd copieux aura un impact sur la qualité de votre sommeil, généralement moins profond.  Il est favorable d’éviter la nourriture après 19h le soir, dans un idéal thérapeutique. La caféine et les stimulants Certaines personnes prennent beaucoup de temps avant d’éliminer la caféine de leur système.  Ainsi, si vous éprouvez des difficultés à vous endormir, questionnez vos habitudes de café, thé et cacao, ainsi que toute forme de stimulant, en après midi et en soirée.  L’arrêt complet peut être bénéfique. L’alcool L’alcool initie habituellement en premier un état propice au sommeil mais prévient les étapes de sommeil profond, nécessaire à la réparation du cerveau et du corps en général Le noir total La production de mélatonine dans le cerveau est favorisée grandement par une obscurité maximale.  Ainsi, évitez les sources lumineuses dans la chambre, provenant des cadrans ou du téléphone et placer des rideaux  »black out » afin de couper les traces de lumière provenant de la rue et des villes si vous n’êtes pas en campagne. Les champs électromagnétiques Il est favorable d’éloigner le plus possible la tête, 1 m minimum, des sources de champs électromagnétiques provenant des appareils électriques, cadrans, ou radios, mais aussi de l’éloigner des prises murales, générant une perturbation au niveau électromagnétique. Couper le courant Observez la différence lors d’une panne de courant, et observez le silence de fond installé.  La différence est particulièrement frappante dans les zones urbaines.  Il est possible de couper le courant électrique dans les pièces ou vous dormez, favorisant ainsi un climat plus naturel et moins chargé en ondes. La nature Rien ne vaut la profondeur d’un sommeil est pleine nature, loin des ondes WiFI et de la pollution électromagnétique des villes. Privilégiez des retraites en natures, en camping ou du moins dans des lieux éloignés afin de profitez du plaisir d’un sommeil profond. Le earthing Afin de reproduire l’effet du contact direct de la peau avec le sol, ce qui permet aux électrons libres situés dans le sol de se propager dans le corps et d’avoir un impact extrêmement positif sur l’ensemble de l’organisme, il existe un système conçu en Californie appelé Earthing.  Avec l’aide d’un matériau conducteur et d’un branchement dans la prise ronde de nos prises murales, le ground, le flux d’électrons peut parvenir jusqu’à nous.  Les effets sont les suivants : Sommeil plus profond, et plus régénérateur (les cyclistes du tour de France se servent de cette technologie afin de récupérer plus rapidement) Diminution de l’agitation mentale, soit pour la méditation ou le focus d’une activité, lecture, écriture. Diminution de l’inflammation dans le corps. Diminution de l’anxiété. Pour

immune system, système immunitaire, coronavirus, Covid-19, osteopathy, Ostéopathie, Santé, Health

Optimiser son Système Immunitaire

Optimiser son système immunitaire Nous vivons tous cette crise humanitaire.  Évidemment, comme pour n’importe quelle atteinte à notre santé, certains seront plus touché que d’autres et certains mieux préparé.  La force de notre système immunitaire peut avoir un impact positif afin de contrer la reproduction d’un virus dans notre organisme. On me demande parfois ici à Montréal si les soins en ostéopathie peuvent aider le système immunitaire?  Nous verrons quelques applications possibles tout en prenant compte que toute forme de tensions corporelles et d’atteintes à la santé réduisent l’efficacité de protection de l’organisme car elles demandent une quantité d’énergie ou d’ATP pour les maintenir.  L’ostéopathie s’avère toujours un excellent moyen d’optimiser tous les systèmes de l’organisme.  La réparation du tube digestif et la détente des organes s’avère particulièrement importante puisque le système immunitaire est touché par une détérioration de la membrane intestinale et une bon ostéopathe peut prévenir une détérioration de la santé. J’ai écouté dernièrement un podcast du Dr. Matt Cook, un spécialiste des infections et des atteintes du système immunitaire en Californie qui offre des traitements avant-gardistes pour traiter entre autres la maladie de Lyme et divers problèmes sérieux de la santé et je vous inclurai dans ce texte certaines informations pertinentes. Comment fonctionne le système immunitaire? En fait le système immunitaire se divise en deux, un système inné et un système adaptatif.  Le premier est la réponse à une infection virale ou antigène qui donne la sensation d’être malade.  La fièvre et les différents symptômes associés qui durent généralement entre 7 et 10 jours sont les conséquences du système immunitaire inné qui se défend avec ses différentes cellules et réponses inflammatoires pour prendre le dessus sur les envahisseurs.  Ensuite le système immunitaire adaptatif garde en mémoire des protéines spécifiques de cette attaque virale ou bactérienne et le contact suivant avec cet assaillant est pris en charge entièrement par le système adaptatif et nous ne présentons aucun symptôme de maladie.  La réponse du premier système immunitaire, par la réponse des cellules combattantes, est cruciale pour la guérison et la présence de fièvre est en elle-même un signe de guérison et non un signe de maladie qui faut supprimer avec des médicaments selon le Dr Thomas Cowan, un expert en immunologie. Il est bon de considérer que 60% du système immunitaire semble de trouver à la frontière du tube digestif.  Ainsi le microbiome et l’intégrité du tube digestif est primordiale afin de préparer une fondation solide pour le SI.  Ajouter des bouillons d’os et du colostrum avec leur glycosaminoglycanes et tout un arsenal de molécules essentiels au fonctionnement du SI semble être un excellent atout afin de maintenir l’intégrité de la paroi intestinale et renforcir le SI.  La réparation du tube digestif en soit est tout un sujet qui viendrait dans un prochain blog. Comment se reproduit un virus? Une bactérie dit-on est invisible à l’œil nu d’un humain.  Si les bactéries avaient des yeux, un virus leur serait invisible.  Ces organismes plus que minuscules cherchent à survivre à l’intérieur d’un hôte, une cellule animale, et piratent les mécanismes de transcriptions de l’ADN afin que la cellule puisse reproduire le leur.  Ainsi les virus peuvent se multiplier et se transférer aux cellules avoisinantes.  Lorsqu’une cellule est atteinte, ou un ensemble de cellules, le système immunitaire se met en branle et dépêche sur les lieux ses cellules de combat afin d’enrayer l’invasion.  Il y a création d’œdème, via la dilatation des artères, et le terrain devient le site d’une inflammation.   Une panoplie de molécules sont sécrétées pour effectuer ce processus et certaines sont pro-inflammatoires comme les cytokines nf-kappa-b (nuclear factor kappa B) et Tnf et certaines sont anti-inflammatoires comme les Nrf-2 qui diminuent la réponse inflammatoire lorsque la zone est sous contrôle.  Toutefois, lorsque l’inflammation devient hors de contrôle, il y a ce qu’on appelle une cytokines storm, lorsque ces molécules pro-inflammatoires sont sécrétées sans arrêt et perpétuent l’inflammatoire générale. C’était le cas lors de la grippe espagnole de 1918, qui affectaient dans ce cas particulier plutôt les enfants et les jeunes adultes, peut-être parce que les gens plus âgés avaient passé au travers de l’épidémie de la grippe russe à la fin du 19e siècle.  Il y avait une réaction en chaîne de productions de cytokines qui amenait une inflammation démesurée et éventuellement des conséquences dramatiques au niveau des poumons entrainant parfois la mort par sepsis aussi. Dans le cas du Corona Virus, c’est la même chose selon le Dr Matt Cook.  Les cellules épithéliales des poumons, donc les cellules en surfaces sont affectées et vont en état d’apoptosis, ou de mort cellulaire, ce qui crée encore plus d’inflammation.  Il y a œdème et moins d’échange avec l’extérieur et donc moins d’oxygène dans le sang et éventuellement, sepsis et mort pour certains. Augmenter le système immunitaire Nous allons voir plusieurs astuces et pistes pour stimuler et optimiser le système immunitaire.  Vous êtes invités à faire plus de recherche aussi pour approfondir ces moyens et pouvoir les appliquer sainement. Stimuler le système lymphatique Le système lymphatique implique un circuit de fluides qui circulent grâce au mouvement du corps et sous l’action des muscles et des articulations.  Ces fluides ramènent transportent les déchets et servent de transport pour le système immunitaire.  Sans mouvement, il y a stagnation et donc une possibilité de développer des symptômes divers liés à l’accumulation de toxines et de déchets cellulaires. Sauter, rebondir, bouger et faire de l’exercice 10 minutes par jours, vous pouvez sauter et rebondir, shaker le corps, danser et vous engager dans un exercice physique quotidiennement. Le massage Le massage est connu depuis des millénaires pour faire circuler la lymphe.  Un massage Deep Tissue ira chercher une détente thérapeutique tout en activant le système lymphatique.  Toutefois, si vous êtes déjà avec des symptômes de faible immunité ou en train de combattre une atteinte virale, abstenez-vous de massage ou de Deep Tissue qui mettra plus de toxines en circulation dans le corps. L’ostéopathie L’ostéopathie est un excellent moyen pour relâcher des tensions internes qui

CBD, anxiété, propriétés, properties, Cannabidiol, toxicity, supplement,

LE CBD ET LES MILLE ET UNE VERTUES

LE CBD ET LES MILLE ET UNE VERTUES C’est le boom.  Le boom après des années de prohibition sur les composantes actives du cannabis.  Et la ruée verte de l’or qui l’accompagne.  Alors qu’on utilisait déjà la plante pour ses Oméga-3 et son apport complet de protéine, maintenant, ce sont les propriétés psychoactives du THC et les bénéfices extraordinaires du CBD qui ouvrent leurs portes.   Laissons de côté le THC, le tétrahydrocannabinol et ses composantes psychoactives qui influence les perceptions sensorielles pour nous concentrer sur le CBD, un des 100 et plus cannabinoïdes trouvé dans le cannabis, et sa gamme complète de propriétés hautement médicinales, antioxydantes, anti-inflammatoires et neurologiques. Les molécules du Cannabidiol, le CBD, sont extraites et concentrées pour offrir ses vertues au corps humain.  Celui-ci est composé de récepteurs ainsi que de molécules chimiques naturellement conçues dans le réseau endocannabinoïde du corps, notament l’anandamide et le 2-arachidonoylglycérol,ou 2-AG.  L’anandamide vient par ailleurs du terme sanskrit désignant l’état de ‘’bliss’’, de béatitude.  Ceux-ci régissent un système d’homéostasie avec les changements internes et les stimuli externes, le stress et la réponse au stress ainsi que le système immunitaire.[1]   Il y a une abondance dans l’ensemble du corps humain des deux récepteurs principaux, CB1 (dans le système nerveux central) et CB2 (Dans les cellules du système immunitaire et réparties en périphérie et dans le tube digestif), et une défaillance de ce réseau fut associé avec certains troubles médicaux dont le désordre du déficit d’attention et d’hyperactivité (ADHD), les stress post-traumatiques (PTSD), la dépendance aux drogues, l’obésité et la dépression.[2] Selon l’organisation Mondiale de la Santé, le CBD agit comme anti-agoniste des effets du THC sur les récepteurs CB1 et CB2, ceux auxquels s’attache le THC et qui procurent les effets euphorisants mais aussi addictifs, et agit plutôt sur ces récepteurs en encourageant la production endogène de l’anandamide.[3]  Le CBD influence plutôt un récepteur faisant parti du réseau de la sérotonine, le  5-HT1a qui a un effet réducteur sur l’anxiété générale.[4] Le premier médicament extrait du cannabis avec le CBD s’est démarqué pour traiter remarquablement l’épilepsie et particulièrement deux de ses variations les plus cruelles, le syndrome de Dravet et celui de Lennox-Gastauf.[5] Un des faits marquants qui distingue le CBD est l’absence de dépendance d’une utilisation courte ou prolongée.[6]  Le CBD peut donner les mêmes effets de réduction de douleur que certains médicaments opioïdes sans pour entraîner la dépendance classique.[7]  Non seulement n’y a-t-il eu aucune mort venant d’un dosage de CBD dans la littérature scientifique, contrairement à l’alcool, le tabac et plusieurs drogues pharmaceutiques, mais la plupart des études ne parviennent pas à démontrer des effets négatifs à l’utilisation du CBD.  Toutefois, une étude récente sur les souris avec de hautes doses de CBD, observe une augmentation des enzymes du foie chez un pourcentage des sujets, laissant croire à une légère action toxique sur cet organe, tout comme l’alcool.[8]   D’un autre côté, une autre étude démontre les effets anti-inflammatoires du CBD et son action positive sur certains symptômes liés au foie.[9] Regardons les effets antioxydants, anxiolytiques et anti-inflammatoires du CBD. LA RÉDUCTION DU CORTISOL ET LE SOMMEIL   Un des effets les plus intéressants CBD est la protection du système nerveux face au stress en agissant sur l’axe hormonal HPA. Le CBD réduit grandement le niveau le cortisol dans le plasma[10] et c’est pourquoi il semble fort utile pour contrer le stress et pour promouvoir un sommeil réparateur lorsqu’il est pris avant le coucher.[11] L’ANXIÉTÉ   Le CBD semble avoir un effet anxiolytique en réduisant la circulation sanguine des parties du système limbique associé avec le stress et l’anxiété et augmente celle lié avec la cognition et la motivation.[12]  Cette étude démontre même l’avantage du CBD pour ceux qui ont un stress de parler en public en rendant plus confortable l’expérience.[13] LES EFFETS SUR LE PARKINSON ET L’ALZHEIMER Cela semble devenir de plus en plus courant de faire appel au CBD afin de contrer l’avancée du Parkinson.[14]  Quelques études intéressantes révèlent le potentiel thérapeutique du CBD sur les maladies neurodégénératives.  Le CBD semble avoir une action anti-agoniste sur les récepteurs GPR6 ce qui augmente la production de dopamine et pourrait affecter positivement le Parkinson, qui est marqué par une diminution de ce neurotransmetteur par le ganglion basal et la substancia nigra du cerveau.  Cela semble aussi être le cas pour le syndrome de Huntington et les maladies liées avec des tremblements.[15] Parmi les résultats les plus intéressants, on trouve ceux lié avec l’Alzheimer, cette maladie provoquant la mort des neurones, touchant 35 millions de personnes et dont 7,7 millions de nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année.  Les effets hautement antioxydants et antiinflammatoires reconnus[16] lui confère une place de choix dans la prévention et le traitement de la maladie d’Alzheimer.[17]  Ses effets encourageant la neurogenèse semble aussi entrer en action dans le rôle envers cette maladie.[18] ANTI-INFLAMMATOIRE Le Cannabidiol semble être un agent anti-inflammatoire puissant puisqu’il induit l’état d’apoptose (la mort programmée des cellules ‘’malades’’), l’inhibition des proliférations cellulaire, la suppression de la production de cytokine (marquant le processus inflammatoire) et l’induction de cellules T-régulatoires.   Les cannabinoïdes avec leurs actions neuroprotectrices et anti-inflammatoires sont un traitement efficace pour pallier les effets de la sclérose en plaques ou les patients voient leurs symptômes diminuer.[19] CARDIOPROTECTEUR Le CBD pourrait avoir des effets cardioprotecteurs.  Chez des études sur les rongeurs, le CBD aurait un effet relaxant sur les artères et son côté anti-inflammatoire pourrait protéger des crises cardiaques et des AVCs.[20] CROHN ET L’INFLAMMATION DU TUBE DIGESTIF L’action anti-inflammatoire du CBD se transmet aussi aux symptômes associés au tube digestif tel que la maladie de Crohn, les colites, et tout autre forme d’inflammation du tube.  Son action utilise le système endocannabinoïde du corps pour diminuer l’inflammation du tube[21], et en particulier les Interleukines-6 du tube digestif[22] ce qui est prometteur pour le colon irritable et les maladies associées. LE MICROBIOME, LE TUBE ET L’AXE CERVEAU-INTESTIN De plus, le système endocannabinoïde est fortement en interaction avec la flore intestinale.  Les bactéries semblent interagir avec

healing blood brain barrier

RÉPARER LA BARRIÈRE HÉMATO-ENCÉPHALIQUE (BLOOD BRAIN BARRIER)

COMPRENDRE LA BARRIÈRE HÉMATO-ENCÉHALIQUE OU ‘’BLOOD BRAIN BARRIER’’ Une fonction biologique ultra importante est la barrière hémato-encéphalique (BHE) ou ‘’Blood Brain Barrier (BBB) et celle-ci court malheureusement le risque de devenir perméable.  Cette barrière joue un rôle de filtre dans le sang qui détermine quelles molécules et substances pourront la traverser afin de pénétrer dans le cerveau.  Cette barrière est semi-perméable dans son état naturel et procède à un tri en laissant passer les matériaux que le cerveau a besoin comme le glucose, les acides aminés, le nutriments solubles dans le gras et les cétones et bloque le passage au substances toxiques ou pathogènes.[1]  Au même titre que la paroi intestinale qui peut être perméable et dont les jonctions serrées peuvent s’ouvrir pour laisser entrer des protéines non-digérées ainsi que d’autres substances, la paroi du cerveau court le même danger.  L’intégrité de cette barrière peut être compromise par divers facteurs; des expositions à des produits toxiques; une inflammation chronique du corps; le stress chronique; l’alcool; et probablement d’autres facteurs encore indéterminés.  Le tout est qu’une fois la barrière devenue perméable, le cerveau est vulnérable et s’ensuit une cascade inflammatoire qui peut avoir de graves répercussions au niveau d’un fonctionnement cérébral optimal[2].  Une diminution lente et subtile des facultés cérébrale peut commencer ainsi qu’une sensation de brouillard mental quotidien, des pertes de concentration et pertes de mémoire et laisser la place à une inflammation cérébrale chronique qui peut se dégrader en maladies neurodégénératives comme la démence, le Parkinson et l’Alzheimer.[3]   Comme la perméabilité de cette barrière est souvent liée avec une perte de l’intégrité de la paroi intestinale, elle est souvent liée aussi à des problèmes digestifs.   Comment est constituée la barrière hémato-encéphalique? La BHE est constitué de trois systèmes qui régulent l’entrée dans molécules entre le sang et le système sanguin du cerveau. La barrière physique entre le sang et le cerveau, constitué d’une seule couche de cellules endothéliales qui tapisse le rebord des parois des capillaires sanguins. Des transporteurs spécifiques entre le sang et le cerveau Une barrière enzymatique qui contient des neurotransmetteurs et des enzymes gérant les toxines qui s’en approchent. Comme la barrière physique ne contenant qu’une seule couche de cellule, tout comme la paroi intestinale, elle peut être fragilisée et ainsi laisser la place à l’entrée de molécules toxiques et des protéines non digérées instiguant une cascade inflammatoire dans le cerveau par les cellules gliales.  Celles-ci sont les cellules du système immunitaire présente entre les neurones et sont 10x plus nombreuses que ces derniers. Comment est affectée la BHE? Une des premières causes pouvant affecter la régulation de la barrière est le manque de sommeil ou le manque de sommeil réparateur.  Une équipe de chercheur à démontré que les phase de REM (Rapid Eye Movement) dans les cycles de sommeil est en lien direct avec l’intégrité de la barrière.[4]  Le manque de sommeil chronique induit une cascade de problèmes liés avec l’utilisation normale du glucose et s’ensuit une dégradation de la BHE.   L’inflammation chronique, le mal du siècle, lié au stress constant, à la malbouffe et aux toxines environnementales est un agent qui promouvoit la dégradation de la BHE.[5]  Malheureusement, cette condition si courante semble avoir des répercussions tragiques sur le cerveau.   La consommation chronique d’alcool est aussi une autre cause étudiée.[6] La dégradation de l’alcool en ses sous-produits, qui donnent cette sensation de mal de tête pour ceux qui en ont déjà trop consommé, crée au final des dommages à notre précieuse paroi.   Un autre facteur très courant est une tension artérielle élevée.  Des chercheurs ont trouvé un lien direct entre cet état de la tension dans les artères et l’intégrité de la BHE.[7] Il semble que la perméabilité de la barrière augmente aussi sous l’effet de certains agents pathogènes, suite à des commotions cérébrales et aussi après l’inflammation causée par un ACV.[8]  Dans e dernier cas, l’intégrité de la barrière pourrait être compromise de façon accrue durant les heures qui suivent et progressivement jusqu’à quatre ou cinq semaines après l’accident.  Il est intéressant de dénoter qu’une hyperglycémie suivant un ACV a démontré une aggravation des effets inflammatoires et une augmentation de la dégradation de la BHE. Bien qu’il semble exister peu d’étude à ce sujet qui peut apparaître comme une évidence, les métaux lourds seraient aussi une cause de la dégradation de la BHE.  Le plomb, le Cadmium, l’arsenic et le Mercure sont tous le banc des accusés.[9] Le dernier facteur exploré présente une autre pièce à conviction qui prouve encore une fois qu’une stabilité glycémique semble être une clé de voute de la santé.  Cette étude démontre que la variabilité glycémique liée à une hyperglycémie occasionne des dommages à l’intégrité de la BHE, des changements aux fonctions de transports de la BHE pour les nutriments essentiels ainsi qu’un stress oxydatif des capillaires sanguins du Système Nerveux Central.[10] Elle avance même le lien entre la dégradation de la BHE et le transport des protéines de plaques Béta-Amyloïde entre le sang et le CNS préparant le terrain pour la maladie d’Alzheimer, maintenant nommée diabète de Type 3. En résumé, ce qui intervient dans la dégradation de la BHE Le manque de sommeil Le stress et l’inflammation chronique L’alcool Les métaux lourds Des ACVs, et commotions cérébrales Certains agents pathogènes L’hyperglycémie ou le diabète I et II Tester la barrière hémato-cérébrale Le test le plus facile pour voir si la barrière est perméable ou non selon le spécialiste en la matière le praticien de médecine fonctionnelle Datis Kharrazian N.D., D.C, est de prendre une capsule du neurotransmetteur GABA et d’observer si les effets sédatifs sont ressentis.  Cette molécule est habituellement trop grosse pour passer à travers une paroi cérébrale saine et si les effets calmants, relaxants et sédatifs de cette capsule sont ressentis, cela indique une paroi déficiente. Il propose d’en prendre 1000mg, sur un estomac vide, vers 6pm et de voir si la personne ressent une fatigue, un calme, une détente.  Dans le cas positif, cela indiquerait une BHE altérée.