healing blood brain barrier

RÉPARER LA BARRIÈRE HÉMATO-ENCÉPHALIQUE (BLOOD BRAIN BARRIER)

COMPRENDRE LA BARRIÈRE HÉMATO-ENCÉHALIQUE OU ‘’BLOOD BRAIN BARRIER’’

Une fonction biologique ultra importante est la barrière hémato-encéphalique (BHE) ou ‘’Blood Brain Barrier (BBB) et celle-ci court malheureusement le risque de devenir perméable.  Cette barrière joue un rôle de filtre dans le sang qui détermine quelles molécules et substances pourront la traverser afin de pénétrer dans le cerveau.  Cette barrière est semi-perméable dans son état naturel et procède à un tri en laissant passer les matériaux que le cerveau a besoin comme le glucose, les acides aminés, le nutriments solubles dans le gras et les cétones et bloque le passage au substances toxiques ou pathogènes.[1]  Au même titre que la paroi intestinale qui peut être perméable et dont les jonctions serrées peuvent s’ouvrir pour laisser entrer des protéines non-digérées ainsi que d’autres substances, la paroi du cerveau court le même danger.  L’intégrité de cette barrière peut être compromise par divers facteurs; des expositions à des produits toxiques; une inflammation chronique du corps; le stress chronique; l’alcool; et probablement d’autres facteurs encore indéterminés.  Le tout est qu’une fois la barrière devenue perméable, le cerveau est vulnérable et s’ensuit une cascade inflammatoire qui peut avoir de graves répercussions au niveau d’un fonctionnement cérébral optimal[2].  Une diminution lente et subtile des facultés cérébrale peut commencer ainsi qu’une sensation de brouillard mental quotidien, des pertes de concentration et pertes de mémoire et laisser la place à une inflammation cérébrale chronique qui peut se dégrader en maladies neurodégénératives comme la démence, le Parkinson et l’Alzheimer.[3]   Comme la perméabilité de cette barrière est souvent liée avec une perte de l’intégrité de la paroi intestinale, elle est souvent liée aussi à des problèmes digestifs.

 

Comment est constituée la barrière hémato-encéphalique?

La BHE est constitué de trois systèmes qui régulent l’entrée dans molécules entre le sang et le système sanguin du cerveau.

  1. La barrière physique entre le sang et le cerveau, constitué d’une seule couche de cellules endothéliales qui tapisse le rebord des parois des capillaires sanguins.
  2. Des transporteurs spécifiques entre le sang et le cerveau
  3. Une barrière enzymatique qui contient des neurotransmetteurs et des enzymes gérant les toxines qui s’en approchent.

Comme la barrière physique ne contenant qu’une seule couche de cellule, tout comme la paroi intestinale, elle peut être fragilisée et ainsi laisser la place à l’entrée de molécules toxiques et des protéines non digérées instiguant une cascade inflammatoire dans le cerveau par les cellules gliales.  Celles-ci sont les cellules du système immunitaire présente entre les neurones et sont 10x plus nombreuses que ces derniers.

Comment est affectée la BHE?

Une des premières causes pouvant affecter la régulation de la barrière est le manque de sommeil ou le manque de sommeil réparateur.  Une équipe de chercheur à démontré que les phase de REM (Rapid Eye Movement) dans les cycles de sommeil est en lien direct avec l’intégrité de la barrière.[4]  Le manque de sommeil chronique induit une cascade de problèmes liés avec l’utilisation normale du glucose et s’ensuit une dégradation de la BHE.

 

L’inflammation chronique, le mal du siècle, lié au stress constant, à la malbouffe et aux toxines environnementales est un agent qui promouvoit la dégradation de la BHE.[5]  Malheureusement, cette condition si courante semble avoir des répercussions tragiques sur le cerveau.

 

La consommation chronique d’alcool est aussi une autre cause étudiée.[6] La dégradation de l’alcool en ses sous-produits, qui donnent cette sensation de mal de tête pour ceux qui en ont déjà trop consommé, crée au final des dommages à notre précieuse paroi.

 

Un autre facteur très courant est une tension artérielle élevée.  Des chercheurs ont trouvé un lien direct entre cet état de la tension dans les artères et l’intégrité de la BHE.[7]

Il semble que la perméabilité de la barrière augmente aussi sous l’effet de certains agents pathogènes, suite à des commotions cérébrales et aussi après l’inflammation causée par un ACV.[8]  Dans e dernier cas, l’intégrité de la barrière pourrait être compromise de façon accrue durant les heures qui suivent et progressivement jusqu’à quatre ou cinq semaines après l’accident.  Il est intéressant de dénoter qu’une hyperglycémie suivant un ACV a démontré une aggravation des effets inflammatoires et une augmentation de la dégradation de la BHE.

Bien qu’il semble exister peu d’étude à ce sujet qui peut apparaître comme une évidence, les métaux lourds seraient aussi une cause de la dégradation de la BHE.  Le plomb, le Cadmium, l’arsenic et le Mercure sont tous le banc des accusés.[9]

Le dernier facteur exploré présente une autre pièce à conviction qui prouve encore une fois qu’une stabilité glycémique semble être une clé de voute de la santé.  Cette étude démontre que la variabilité glycémique liée à une hyperglycémie occasionne des dommages à l’intégrité de la BHE, des changements aux fonctions de transports de la BHE pour les nutriments essentiels ainsi qu’un stress oxydatif des capillaires sanguins du Système Nerveux Central.[10] Elle avance même le lien entre la dégradation de la BHE et le transport des protéines de plaques Béta-Amyloïde entre le sang et le CNS préparant le terrain pour la maladie d’Alzheimer, maintenant nommée diabète de Type 3.

En résumé, ce qui intervient dans la dégradation de la BHE

  1. Le manque de sommeil
  2. Le stress et l’inflammation chronique
  3. L’alcool
  4. Les métaux lourds
  5. Des ACVs, et commotions cérébrales
  6. Certains agents pathogènes
  7. L’hyperglycémie ou le diabète I et II

Tester la barrière hémato-cérébrale

Le test le plus facile pour voir si la barrière est perméable ou non selon le spécialiste en la matière le praticien de médecine fonctionnelle Datis Kharrazian N.D., D.C, est de prendre une capsule du neurotransmetteur GABA et d’observer si les effets sédatifs sont ressentis.  Cette molécule est habituellement trop grosse pour passer à travers une paroi cérébrale saine et si les effets calmants, relaxants et sédatifs de cette capsule sont ressentis, cela indique une paroi déficiente.

Il propose d’en prendre 1000mg, sur un estomac vide, vers 6pm et de voir si la personne ressent une fatigue, un calme, une détente.  Dans le cas positif, cela indiquerait une BHE altérée.

 

Comment réparer la Barrière Hémato-Encéphalique?

Voici quelques pistes de solutions proposées par Ben GreenField dans son article sur le sujet.

 

  1. Le sommeil

Un sommeil profond et réparateur avec ses phases complète de Deep Sleep et de REM seront nécessaire à la restauration de la BHE durant la nuit.  Pour optimiser le sommeil, regarder mon blog à ce sujet ici.

  1. Réduire l’alcool

Si la dégradation de l’alcool nuit à la BHE, réduire à un soir par semaine ou éliminer l’alcool semble une évidence.

  1. Contrôler la haute pression

Des extraits d’ail et du magnésium pourraient effectivement diminuer la haute pression.  Il y a même les appareils pour renforcir les mains et les avant-bras (Handgrip) qui semblent réduire la haute tension de 10 points.[11]

  1. Contrôler sa glycémie

Garder une glycémie stable via une alimentation cétogène cyclique, c’est-à-dire avec des périodes sans glucides ni féculents et des périodes de récupération avec les glucides, permet de conserver une faible variabilité glycémique.  Voir pouvez voir ici mon article sur le sujet.  Des plantes comme le melon amer, la cannelle ou le vinaigre de cidre permettent de réguler aussi le niveau de sucre sanguin.

        5.Le café et le thé

Il semble que la caféine aide à la protection de la BHE.

 

  1. Les gras et les fibres

Il est suggéré qu’une alimentation riche en gras (40%) pourrait endommager la BHE.  Toutefois lorsque celle-ci est combinée avec un grand apport de fibres venant de végétaux, l’élévation de la perméabilité de la membrane est annulée.  Il en va ainsi avec les extraits d’ail, la niacine, l’astragale, la curcumine et les crucifères de la famille des choux.

  1. Détoxifier ses métaux lourds

Entreprendre une détox des métaux lourds est une démarche qui comporte des risques et il vaut mieux le faire sous la supervision d’un professionnel de la santé.  Cela constitue l’objet d’un prochain blog en entier.

  1. Supplémentation

La choline venant du Alpha-GPC est une forme qui traverse la BHE et permet une réhabilitation de l’épithélium de la membrane.  L’inositol du jaune d’œufs aide aussi à son intégrité.  La berbérine démontre aussi une décroissance de la perméabilité membrane et aide à la résistance des dommages au cerveau lors des traumatismes cérébraux.  Les vitamines B12, 6 et 9 restaureraient son équilibre.

  1. Le Magnésium

Une supplémentation forte de magnésium oral ou cutané directement appliquée sur le cou peut atténuer la dégradation de la BHE chez des sujets d’études.

  1. Stimuler le Nerf Vague (X)

Il semble que le chant, les pratiques de stimulation électrique, l’eau froide, la méditation et les techniques de Breathwork puissent décroitre la perméabilité de la paroi.

  1. Jeune Intermittent

L’hormone qui stimule la faim, la ghreline, affecte positivement la membrane en question.  Ainsi, le jeune intermittent serait propice à la réparation de celle-ci.  Il en va de même pour la réhabilitation des trauma cérébraux où l’on propose d’éviter les snacks et de grader des pauses plus longues entre des repas à faible indice glycémique.[12]

  1. Ostéopathie crâniale ou Thérapie Cranio-Sacrée

Des thérapies manuelles pourraient possiblement réduire l’inflammation cérébrale en mobilisant les fluides crâniens et ainsi éliminer les déchets et faciliter l’arrivée de sang nouveau.

 

  1. Microbiome

Cette étude à démontre que la transplantation de bonnes bactéries venant d’une souris en santé pu permettre à une souris avec une BHE déficiente de réparer celle-ci.[13]  Ainsi, la prise de probiotiques de qualité, l’ingestion de prébiotiques sous formes d’une abondance et d’une variété de fibres et les produits fermentés pourraient être des stratégies pertinentes.

  1. Thérapie par le froid

Popularisée dans les dernières années par le hollandais Wim Hof (Voir mon autre blog à ce sujet) et qui a attiré l’attention de la communauté scientifique, la thérapie par le froid dote le corps de pouvoirs exceptionnels d’adaptation.  L’efficacité de l’immersion dans l’eau froide produit une sécrétion d’oxyde nitrique (eNOS) dans les vaisseaux sanguins qui aide à la réparation de la BHE.[14]

En plus de réduire l’inflammation et d’optimiser la pharmacologie cérébrale, il semblerait selon le spécialiste Raymond Cronise propose une douche de 5 minutes qui alterne 10 fois 20 secondes de froid pour ensuite 10 secondes de chaud afin d’optimiser l’adaptation du corps.

[1] https://getkion.com/articles/mind/leaky-brain/quit-losing-head-fluid/

[2] https://stm.sciencemag.org/content/7/273/273ec22

[3] https://getkion.com/articles/mind/leaky-brain/quit-losing-head-fluid/

[4] https://www.ingentaconnect.com/content/ben/cnr/2013/00000010/00000003/art00002

[5] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5380128/

[6] https://jlb.onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1189/jlb.0605340

[7] https://link.springer.com/article/10.1007/BF00688563

[8] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3877994/#B016

[9] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3877994/#B016

[10] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4306190/

[11] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5904981/

[12] https://www.liebertpub.com/doi/abs/10.1089/neu.2011.2053

[13] https://stm.sciencemag.org/content/6/263/263ra158.short

[14] https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.3109/15622975.2010.518626

 

Janeck Olczyk Osteopathe Osteopath for Optimum Osteo montreal
Janeck Olczyk Ostéopathe  – Optimum Osteo Montréal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *