Protection des EMFs et du 5g EMFs and 5g protection

EMFs non naturels et 5G – Partie 1 – les impacts sur la biologie humaine et comment s’en protéger

Comment se protéger des EMFs non naturels et du 5G – Partie 1

Les impacts sur la biologie humaine

 

Depuis une centaine d’années, nous sommes dans une ère nouvelle où pour la première fois, l’humain, ainsi que tous les organismes vivants, doivent s’adapter à des champs électromagnétiques (EMFs pour electro-magnetic fields) générés par la technologie.  Depuis l’installation de l’électricité et des ondes radios jusqu’à l’installation progressive du 5G dans la dernière année, nous devons nous adapter. Ceux-ci se super-imposent sur les EMFs naturels dans lesquels les humains ont baigné depuis toujours, le champs EM de la Terre, la lumière visible, les ondes microcosmiques venant de l’espaces et les infrarouges entres autres.  Les EMFs sont classés en deux parties, les ondes ionisantes, avec des cycles d’ondes plus rapides comme les rayons X et Gamma, et les ondes non-ionisantes dans le spectre entre les ondes radios, les micro-ondes, le wi-fi, les ondes cellulaires et les autres appareils technologiques.  Il est habituel que les ondes non-ionisantes sont définies comme sécuritaires pour les êtres humains et non dommageables pour la santé alors que les ondes ionisantes produisent des dommages sur l’ADN.  C’est ce que nous allons explorer un peu plus en détail dans cet article en deux parties.

Nous étions déjà bombardés de toute part dans les villes mais l’arrivée prochaine de la technologie 5G sera une nouvelle étape dans ce cycle où les ondes pulsées envahiront nos espaces.  Pour l’instant, les technologies antérieures de 2,3 et 4G utilisent les longueurs d’ondes jusqu’à 4Ghz.  La technologie 5G semble vouloir dans un premier temps exploiter une longueur d’onde de 3,6 Gigahertz mais l’attrait de la bande passante du 60Ghz est prometteuse pour le marché des télécommunications et c’est pourquoi le saut quantique d’adaptation sera encore plus important.   En plus, ces ondes seront cumulées à celles des 2, 3 et 4G déjà présentes autour de nous et c’est pourquoi il est valable de se questionner sur leur impact sur la santé et l’environnement.

Évidemment, les études scientifiques menées par les compagnies de télécommunications n’ont pu déceler un danger lié à ces ondes et les agences nationales de fréquences insistent pour dire que le seuil acceptable d’ondes ne sera pas dépassé non plus avec le 5G ni par les téléphones portables ni par les antennes de relais.  Ces seuils dont suivent plusieurs pays sont faits sous la recommandation du ICNIRP, International Commission for Non-Ionizing Radiation Protection, une commission qui semble vraiment lié à la protection de la population.  Toutefois, il semblerait que plusieurs membres du conseil d’administration soient en conflit d’intérêt et la commission elle-même fut monté par les géants de télécommunication.[1]

On peut lire que dans leur guide de recommandations pour 2020, il y a effectivement des effets sur la santé notamment sur la perméabilité cellulaire et sur l’élévation de la température corporelle mais à des niveaux d’exposition vraiment supérieurs que ceux utilisés par l’industrie même pour l’arrivée du 5G.[2]

Pourtant, une partie de la population s’inquiète et demande un moratoire afin que des études réelles soient faites par des parties non impliquées et puissent confirmer ou infirmer le danger réel présenté par ses fréquences.  Certaines études démontrent déjà des effets neuropsychologiques chez les humains dû à l’exposition des EMfs technologiques[3] comme la dépression et d’autres dérégulations des neurotransmetteurs.  De plus en plus d’études indépendantes démontrent les effets dommageables sur l’ADN de par l’activation de radicaux libres et la baisse de fertilité surtout chez les hommes.

Il est intéressant de noter la position récente de la Hollande sur le sujet.  Alors que la commission ICNIRP a à la surprise de tous récemment révisé à la hausse le taux d’exposition permissible des lignes à haut voltage passant de 100 000 à 200 000 nanoTesla, la hollande de son côté a racheté plus de 1300 maisons sous les lignes à hautes tensions et baissé ses recommandations aux citoyens pour placer la limite à 400 nanoTesla.  Cela s’est fait alors qu’une dizaine d’études démontraient les liens entre l’exposition et un taux anormalement élevé de leucémie infantile.[4]

L’arrivée du 5G

D’un autre côté, alors que l’ensemble de la population est confiné en quarantaine et que les mesures de distanciations sociales touchent presque tous les pays, l’installation du 5G, considérée comme un service essentiel, est en cours, notamment avec l’autorisation de la FCC (Federal Communication Commission) donnée à Elon Musk et son service Starlink durant le dernier mois de construire et déployer 1 million d’antennes de relais au sol.  Ces antennes donneront des ondes pulsées sur de courtes distances et devront être installées à chaque 100 ou 200 mètres.  Selon Martin Pall PhD, professeur émérite en biologie et sciences de la Médecine à l’Uiversité de Washington ainsi que recherchiste sur les EMFs, les financements de recherches sur les EMFs par l’Agence de Protection de l’environnement aux États-Unis ont été coupés en 1986 et ceux du National Health Institute il y a quelques années.  Peut-on alors faire confiance à ces commissions de protection de la santé des citoyens alors que le lobbying de la télécommunication semble prendre le dessus?

Il serait primordial que le moratoire et les demandes d’études sur l’impact des EMFS sur la santé proposés par plus de 170 scientifiques de 37 pays soient écoutés.[5]  Cette lettre ouverte indique à l’Union Européenne la crainte de ces scientifiques envers les technologies qui produisent les EMFs et particulièrement l’arrivée du 5G.  Ils soutiennent une étude américaine faite par la National Toxicology Program au coût de 25 millions de dollars qui démontre un accroissement significatif des cancers du cœur et du cerveau chez les animaux exposés aux EMFs bien en dessous des seuils jugés sécuritaires.  Le communiqué appelle la médecine à reconnaître l’électrohypersensibilité de plus en plus courante en Europe et qui doit être traitée comme une maladie chronique en soi qui demande prévention et soins spécifiques.

L’Organisation Mondiale de la Santé quant à elle conclue sur son site internet qu’après 30 ans de recherche sur le sujet et plus de 25 000 articles scientifiques, que l’exposition aux EMFs non naturels sous les seuils permis sont sans aucun danger pour la santé humaine.  L’OMS dément aussi tout lien entre les EMFs et les troubles neurologiques expliqués plus haut.[6]

Pourquoi 60Ghz

Il semble que la bande de 60Ghz soit invitante dans le milieu des télécommunications pour plusieurs raisons.  Un, il n’y a aucune licence nécessaire pour cette bande alors que la plupart des bandes jusqu’à 30Ghz sont régies par le besoin d’acquérir une licence et les gouvernements ont commencé à vendre des fréquences autour des 50 et 70Ghz aussi.   Deux, le problème avec les technologies sans fil est l’interférence des ondes lorsqu’elles se croisent.  Or, la particularité unique de la longueur d’onde a 60Ghz est qu’elle est absorbée à 98% par l’oxygène[7].  Cette donnée se trouve sur tous les sites de compagnies de télécommunication. D’un point de vu marketing, c’est parfait car cette bande ne peut voyager sur des longues distances et donc ne peut interférer avec des signaux voisins trop longtemps car l’onde sera absorbée par les composantes atmosphériques de O2, CO2, O3 et H2O.  C’est donc parfait de ce côté-là si l’eau et l’oxygène n’étaient pas des éléments clés pour la vie.  Or, il n’y a aucune étude réelle pour vérifier sur l’impact sur l’absorption de l’oxygène ou la présence de l’eau dans les organismes vivants ne sera pas affecté par la même occasion.  Il semble incertain à savoir si la bande de 60Ghz est déjà en application en Chine ou ailleurs mais il faudrait mieux s’assurer de ses impacts sur la biologie avant toute chose.  On peut dénicher des études sur le web qui dénotent que le 60Ghz n’a pas d’impact au niveau génétique sur des cellules dans un contenant en laboratoire mais qu’en est-il sur des êtres vivants et leur interaction avec l’oxygène et l’eau?

Le 5G, Montréal et la planète

À Montréal, c’est le secteur Ville Marie qui s’annonce pour est branché sur le 5G à l’été 2020 et l’objectif planétaire semble être d’avoir toutes les zones urbaines couvertes pour 2025, soit les 2/3 de la population mondiale.  Parmi les participants, Elon Musk et sa compagnie Starlink lance en orbite basse dans milliers de satellites pour pouvoir offrir l’internet haute vitesse dans toutes les régions du globe.  Peut-on se réjouir de cet accès planétaire à une connection internet haute vitesse?  Edward Snowdon, réfugié en Russie pour avoir révélé des secrets d’état notamment sur la surveillance et le contrôle via les technologies nous met en garde toutefois que le 5G n’est pas pour augmenter la vitesse de l’internet pour écouter la dernière série sur Netflix mais bien pour accentuer et faciliter ces mesures de surveillances accrues, notamment avec la reconnaissance faciale et la géolocalisation, que ce soit par Huawei le géant chinois ou des compagnies de l’occident.  Dans tous les cas, les astronomes nous disent déjà que ce sera la première fois sur la planète que l’observation des étoiles sera réellement perturbée la nuit par l’énorme quantité d’objets lumineux en mouvement projetés dans le ciel.

Le danger des EMFs et du 5G

Bon.  On est déjà entouré de 2-3-4G et le 5e s’en vient.  Comment est-ce que cela nous affecte?  Je vais vous proposer une approche générale de notre compréhension des impacts sur la santé dans les prochains paragraphes pour ensuite plonger plus dans les détails dans la 2e partie de cet article sur les méthodes de protections.  Il faut comprendre que l’ensemble des études sur les EMFs portent sur l’utilisation des longueurs d’ondes associées aux 2,3 et 4G et qu’aucune étude réelle n’a encore été faite sur l’impact du 5G, dont l’étendue des ondes passe du 3GHz jusqu’à 300Ghz.  Dire que le 5G pourrait suivre les impacts connus de ces prédécesseurs est une extrapolation logique mais qui demande à être vérifiée par des études indépendantes.

 De façon générale, les EMFs non naturels ont plus de pouvoir pour transformer la matière car on les dit polarisants alors que les EMFs émis par l’environnement sont non-polarisants.  La polarisation affecte la biologie plus activement au point de vue atomique et altère particulièrement les sensibles échanges ioniques de la cellule dus à la concentration et l’exposition prolongée de ces ondes.[8]

Le docteur Joseph Mercola MD, médecin américain axé sur la médecine fonctionnelle, le biohacking et les approches de ketosis, présente un résumé des impacts possibles des EMFs non naturels.[9]  Un des grands impacts sur la santé cellulaire des EMFs non naturels est son interaction sur les canaux à calcium, ces portes de transferts ioniques à la surface des membranes cellulaires.

 

 Le corps électrique

Les minéraux naturellement présents dans le corps que les cellules utilisent comme le sodium, le potassium, le calcium, le magnésium ont tous une charge électrique, positive ou négative.  Selon l’équilibre naturel des ions présents à l’intérieur de la cellule et ceux dans le liquide extracellulaire, il y a une charge légèrement plus négative à l’intérieur de la cellule que dans son milieu ambiant et la membrane de lipides qui les sépare et isole ces deux environnements.  Sur cette cloison se trouvent des canaux à ions constitués de protéines qui laissent ou non passer des ions entre les deux milieux.  Lorsque la cellule est stimulée, les portes s’ouvrent et des ions positifs entrent dans la cellule ce qui induit un potentiel d’action utilisé pour différente actions de la cellule[10].

 

Il a été démontré que les canaux à calcium sous l’influence de EMFs non naturels amènent plus d’ions positifs de Calcium à l’intérieur de la cellule ce qui perturbe l’équilibre ionique et laisse la place à la production de plus de Superoxyde et d’autres radicaux libres ainsi qu’à une augmentation démesurée d’Oxyde nitrique[11].  Même si ce dernier dans des conditions naturelles donne des effets positifs sur le corps, comme la vasodilatation entre autres, lorsqu’il est en excès, il se combine avec les Superoxydes pour former un radical libre très dommageable appelé peroxynitrite.  En général, les dommages oxydatifs se retrouvent dans la plupart des problèmes de santé chroniques ou sporadiques et c’est là un des principaux vecteurs d’effets toxiques pour la santé par la présence des EMFs.

Le problème avec la production de radicaux libres est qu’ils peuvent occasionner des dommages sur les branches d’ADN.  L’ADN est la pièce centrale qui contient les informations permettant à la cellule de se reproduire et d’effectuer ses fonctions.  Les dommages causés peuvent compromettre le fonctionnement optimal de la cellule.  Nous verrons toutefois dans la deuxième partie des pistes de solution pour optimiser la réparation de l’ADN endommagé.

Impacts neurologiques et cardiaques

Selon le docteur Mercola MD, Les cellules nerveuses possèdent la concentration la plus élevée de canaux à calcium et la présence de EMFs provoque un afflux de signalement de calcium à l’intérieur des cellules, soit plus de 1 millions d’ions à la seconde, ce qui a été démontré pour avoir des effets neurologiques importants comme

  • La dépression
  • L’anxiété
  • L’Alzheimer
  • L’Autisme
  • Les troubles d’apprentissage et de mémoire

Une étude démontra aussi l’impact d’une exposition prolongée à une longueur d’onde de 900mHz sur l’augmentation de la perméabilité de la Barrière hémato-cérébrale, la membrane qui filtre le sang vers le cerveau, sur des rats et la diminution des perceptions spatiales.[12]

Les cellules pacemakers du cœur aussi sont les plus sensibles aux variations des ions Calcium et les gens plus sensibles affectés par les EMFs non naturels peuvent présenter des symptômes comme

  • La tachycardie
  • La fibrillation des Atriums
  • L’arythmie
  • Les palpitations cardiaques

Impacts sur le système reproducteur des EMFs et différents types de cancers

Un autre endroit où les canaux à calcium sont en grande densité est là où sont disposés les organes reproducteurs, et des études citées par le docteur Mercola MD présentent l’infertilité, particulièrement chez les hommes, comme une conséquence possible de l’exposition prolongée au EMFs.  Là où nous plaçons notre portable dans nos poches est vraiment juste trop proche de nos organes précieux pour la reproduction de l’espèce.  Les études ont démontré une baisse de la motilité des spermatozoïdes et une fragmentation de leur ADN en seulement 4 heures d’exposition[13].

Différents types de cancers pourraient aussi être liés à l’utilisation prolongée des portables, comme le cancer du cerveau et celui du lobe intérieur du sein chez les femmes qui transportent leur cellulaire dans leur brassière.  Le cancer se développant lentement, les chercheurs ont plus de difficultés à confirmer le lien pour l’instant surtout que les compagnies de télécommunications freinent les recherches en refusant de fournir des données d’utilisation.  Toutefois, l’Agence Internationale de Recherche sur le Cancer, IARC, a classifié les EMFs non naturels comme une source carcinogène potentielle.[14]

Impacts sur le système immunitaire

Des études ont démontré aussi les impacts négatifs des EMFs non naturels sur les cellules du système immunitaire.  Lors d’expériences sur des souris, il fut démontré qu’il y avait une baisse des lymphocytes et de d’autres cellules vitales au SI comme les cellules NK (Natural Killer Cells, des lymphocytes ou globules blancs)[15].

D’autres études démontrent que les EMFs technologiques perturbent le système immunitaire en stimulant des réactions allergiques et en stimulant des chaînes inflammatoires qui inhibent la réparation des tissus.[16]  Ces impacts sont démontrés à des seuils d’exposition bien en dessous des limites fixées par les agences de réglementations internationales.

Impacts sur les mitochondries

En allant dans la cellule, on trouve les organelles nommées mitochondries, dont tout le monde parle aujourd’hui et qui sont à la base même de la production d’énergie cellulaire, l’ATP.  On cherche toujours à optimiser nos mitochondries parce qu’elles sont les fournaises qui produisent l’énergie à nos cellules, et donc à nos organes et notre corps.  Lorsque les mitochondries font défaut, tout va moins bien.  Or, à la base même du fonctionnement des mitochondries, se trouve la chaîne de transport des électrons.  En fait, ce que la mitochondrie à besoin pour produire de l’ATP, l’unité d’énergie utilisable par les cellules, ce sont des électrons.  Ce carburant cellulaire produit par la mitochondrie utilise les électrons combinés avec de l’oxygène et d’autres molécules dans sa chaîne de transport, pour produire l’ATP et du H2O.

 

Histoires de chameaux et d’ours

Savez-vous comment le chameau et son cousin le dromadaire peuvent tenir si longtemps dans le désert sans eau.  Le carburant cellulaire produit par la mitochondrie utilise les électrons combinés avec de l’oxygène et d’autres molécules dans sa chaîne de transport, pour produire l’ATP et du H2O.   Et oui, comme vous avez lu, il y a de l’eau comme produit final aussi dans le système de transport de l’électron pour fournir l’ATP.  Les bosses du chameau sont remplies de gras et lors de son voyage sous le soleil, les cellules du chameau consomment ce gras comme source d’énergie, un chameau en ketosis, et les mitochondries y produisent de l’eau, de façon intracellulaire, ce qui l’hydrate.   C’est la même chose pour l’ours blanc, qui en temps normal, ne boit jamais d’eau.  Or il s’est avéré que les scientifiques ont maintenant remarqué que certains ours blancs consomment de l’eau maintenant, soulignant les conséquences du changement climatique et de la disparition de source de nourriture pour ces ours.  Ils n’ont plus assez de gras pour produire leur eau interne.

 

Dans son livre, The invisible rainbow, l’auteur Arthur Fistenberg définit la condition d’électrohypersensibilité.  Et même en écrivant ce mot, mon correcteur d’orthographe ne trouve aucune faute, c’est tout dire!  L’auteur du livre tente de démontrer que l’accumulation de toxines dans le corps peut rendre une personne plus vulnérable qu’une autre aux impacts négatifs des EMFs.  En plus, il mentionne que l’impact sur des EMFs sur le réseau de porphyrine dont l’une des enzymes appelées cytochrome oxydase est utilisé dans la production d’ATP à l’intérieur des mitochondries.  Moins de cytochrome oxydase égal moins d’ATP égal tout fonctionne moins bien dans la cellule.  Ce qui pourrait expliquer les symptômes tellement divers associé à l’électrosensibilité et lorsqu’ils font des biopsies de muscles sur des patients souffrant de fatigue chronique et d’anxiété, on observe une diminution marquée de cet enzyme spécifique responsable dans la production d’ATP.  Nous allons voir dans la 2e partie comment maintenir un niveau d’ATP optimal en utilisant quelques stratégies.

 

Il existe aussi de plus en plus d’évidence que l’action oxydative des EMFs sur la membrane des mitochondries qui seraient à elles seules les plus grandes génératrices de ROS (Reactive Oxygen Species), un radical libre très actifs dans le milieu intracellulaire.  Ce serait à l’origine d’une théorie qui explique une toxicité de la cellule par la production de radicaux libres par ses propres organelles[17].   Les EMFs non-naturels auraient donc un impact direct sur la source même de l’énergie cellulaire dans notre corps, les mitochondries.  Qu’arrivera-t-il avec la superposition du 5G à cette production d’ATP?

 

Parenthèse : Des virus et des EMFs

Concernant le sujet de l’heure, la réplication des virus peut-elle être influencé par une baisse du système immunitaire?  Eh bien, spécifiquement, il fut démontré qu’une des stratégies d’introduction des virus dans une cellule hôte se fait par le biais des canaux à calcium.[18]  Ah oui? vraiment?  Cette étude explique comment les virus peuvent utiliser les ions Ca2+ afin de traverser les membranes plasmiques des cellules ou des organelles.  Ces recherches amènent même la création de nouveaux médicaments altérant les canaux à calcium afin de bloquer la réplication des virus.

Sans vouloir induire que le 5G est la cause de la pandémie mondiale présente, mais Wuhan était la ville cet hiver avec la plus grande densité au monde d’antennes 5G installées dans la dernière partie de 2019, avec plus de 10 000, suivi par les deux villes chinoises suivantes branchées sur le 5G qui ont vu les sites d’éclosions importants de cette pandémie.  Pourrait-il y avoir des possibilités pour que la présence amplifiée de EMFs aux citadins puisse diminuer leur système immunitaire, déjà dans une population fortement affectée par une extrême pollution atmosphérique.  À noter que 40% des hommes en chine sont aussi des fumeurs et que les fumeurs sont beaucoup plus à risques et affectés plus sévèrement par le COVID-19, principalement à cause des récepteurs ACE2 dans les poumons[19].  Une étude démontra que les gens avec un historique de fumeurs ont 14 fois plus de chances de voir une progression dans les symptômes associés au COVID-19[20].  Nous savons aussi que le nord de l’Italie et l’Iran ont aussi parmi les plus hauts taux de pollution de l’air.  Se pourrait-il que la prédisposition des citadins dans les conditions décrites et doublée d’un affaiblissement du système immunitaire ainsi que de l’augmentation de la réponse inflammatoire par l’installation massive de EMFs puisse être favorable à développer des symptômes face à une intrusion de pathogènes?’’

Pourtant, plusieurs démentent l’hypothèse que le 5G pourrait accentuer la propagation en disant que plusieurs pays durement touchés n’avaient pas encore une couverture 5G aussi importante.   Vrai, mais quand même, soyons attentifs à ce que l’introduction d’une nouvelle couche d’ondes non-ionisantes mais dommageables pour le corps et le système immunitaire puisse avoir un rôle à jouer dans son influence sur la propagation.  Nous pourrons certainement le constater prochainement si des liens se confirment. Je ferme la parenthèse sans m’étendre sur le débat mais plutôt pour inviter des pistes de réflexions.  Et pour bien comprendre le système immunitaire, les exosomes et le lien avec les virus, je vous invite à lire mon prochain blog sur le sujet!

Impacts sur la réponse inflammatoire

Et qu’en est-il de l’inflammation dans le corps sous l’influence des EMFs de la technologie?  Selon des études, les EMFs augmentent la réponse inflammatoire des cellules en activant les cytokines pro-inflammatoires et les réseaux de Nf-kB.[21]  En plus, cette étude a trouvé que le gène Prx-1 lié à la production d’antioxydants étant diminuée dans ses fonctions et que l’efficacité d’antioxydants exogènes comme le resvératrol était aussi affaiblie.  Ces réactions sont embêtantes pour le système immunitaire car l’activation non contrôlée du SI peut entraîner une inflammation chronique sans pouvoir être arrêtée naturellement et l’inhibition des antioxydants, internes et externes, ne pourra pallier les dommages faits par les radicaux libres sur l’ADN et les structures cellulaires.  C’est donc dire que les processus naturels de réparation du corps ainsi que des méthodes naturelles exogènes comme l’ajout d’antioxydants comme le resvératrol deviennent inefficaces.

 

Alors, comment pouvons-nous nous protéger ou du moins altérer positivement ces influences venant de notre soif de technologies et la distanciation du monde naturel?  L’ostéopathie certes pourra probablement aider à optimiser les voies de détoxifications du corps et optimiser la circulation des fluides, mais pour plus de précaution, je vous invite à lire la suite dans ce deuxième volet de la série en cliquant bientôt ici!  Vous pouvez également découvrir mon PROTOCOLE OPTIMUM pour la DÉTOX du FOIE et du CORPS en cliquant ici, dans le cadre d’une stratégie pour décharger certaines toxines du corps et réduire l’inflammation et améliorer les fonctions naturelles du corps.

 

Janeck Olczyk Osteopathe Osteopath for Optimum Osteo montreal

Janeck Olczyk, Ostéopathe – Optimum Osteo Montréal

 

[1] https://www.jrseco.com/problems-with-official-icnirp-exposure-limits-for-electromagnetic-radiation/

[2] https://www.icnirp.org/cms/upload/publications/ICNIRPrfgdl2020.pdf

[3] https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0891061815000599

[4] https://www.jrseco.com/problems-with-official-icnirp-exposure-limits-for-electromagnetic-radiation/

[5] https://www.electrosmogtech.ch/post/2018/01/23/170-scientifiques-du-monde-entier-demandent-un-moratoire-sur-la-5g

[6] https://www.who.int/peh-emf/about/WhatisEMF/en/index1.html

[7] https://www.rfglobalnet.com/doc/fixed-wireless-communications-at-60ghz-unique-0001

[8] https://www.nature.com/articles/srep14914

[9] https://wakeup-world.com/2017/12/22/the-harmful-effects-of-electromagnetic-fields-explained/

[10] https://www.graduate.umaryland.edu/gsa/gazette/February-2016/How-the-human-body-uses-electricity/

[11] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3780531/

[12] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25598203

[13] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4074720/

[14] https://www.nature.com/articles/srep14914

[15] https://journals.sagepub.com/doi/pdf/10.1177/03946320070200S212

[16] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19398310

[17] https://www.hindawi.com/journals/omcl/2018/5076271/

[18] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7016755/

[19] https://www.livescience.com/coronavirus-covid-19-risk-and-smoking.html

[20] https://www.psychologytoday.com/ca/blog/its-catching/202003/covid-19-making-sense-the-numbers

[21] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28370033

1 réflexion sur “EMFs non naturels et 5G – Partie 1 – les impacts sur la biologie humaine et comment s’en protéger”

  1. Ping : PROTOCOL OPTIMUM : DÉTOX DU FOIE - Optimumosteo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *